charismaCharisma  de Kiyoshi Kurosawa, 1999
Film japonais
Durée du film : 1h44
Acteurs principaux : Koji Yakusho, Hiroyuki Ikeuchi, Ren Osugi, Yoriko Douguchi, Jun Fubuki, Akira Otaka
Musique : Takefumi Haketa


FICHE IMDB

Résumé : Suite à une prise d'otages qui a mal tourné, Yabuike, un inspecteur de police, est mis à pied. Il se retire dans une forêt. Il y découvre au milieu d'une clairière un arbre, Charisma, qui déchaîne les passions des gens qui l'entourent.

S'il est un film particulièrement étrange où les non-dit du réalisateur et les personnages absurdes le rapprochent d'un David Lynch, Charisma est sans nul doute ce film.

Dix-neuvième réalisation du japonais Kiyoshi Kurosawa (Kaïro), ce film traite avant tout des oppositions générées à cause d'un arbre, Charisma, dont les racines empoisonnées sont censées détruire progressivement  la forêt où il se trouve. D'où l'opposition entre les scientifiques et le jeune gardien de cet arbre. Cette opposition sous-entend plusieurs autres oppositions : celle des ruraux contre les citadins, celle d'un Japon moderne contre un Japon originel (la nature n'ayant pas été changée par l'homme).

C'est que l'un des thèmes principaux du film est la protection de l'environnement même si le point de vue du réalisateur va plus loin que ça. Ainsi, Kiyoshi Kurosawa nous montre une forêt particulièrement inquiétante (ce fait qui est renforcé par une musique qui apparaît parfois comme très spéciale, voire décalée par rapport aux images que l'on nous donne à voir) qui semble " vivre " et transformer l'identité des gens. Il faut dire que dans cette forêt on rencontre des gens très originaux (notamment le gardien de l'arbre, Kiriyama) pour ne pas dire complètement cinglés pour certains.

Le héros, Yabuike, se retrouve mêlé à cette lutte où certains cherchent à détruire cet arbre, Charisma, qu'ils considèrent comme maléfiques et d'autres (ou plutôt un autre uniquement, le gardien de l'arbre) qui le  vénèrent tel un dieu. Cette lutte dont les tenants et aboutissants sont donc a priori simples à comprendre préfigure d'autres questions beaucoup plus importantes : A-t-on le droit de vie et de mort sur quinconque, même un simple arbre ? Quel est le bon choix ?

Visiblement Yabuike n'arrive pas vraiment à trancher dans un sens ou  dans un autre. En effet, cet ex-flic veut faire vivre tout autant la forêt  que l'arbre tant convoité (pour des raisons très diverses).

Une fois de plus, avec un style qui lui est propre, Kiyoshi Kurosawa traite de l'un des sujets qui lui tient le plus à coeur : l'incommunicabilité entre les êtres. Une incommunicabilité manifeste entre les pro et les anti Charisma (l'arbre) mais également une incommunicabilité du héros lui-même qui ne sait pas trop dans quel camp il doit aller (puisqu'il ne sait pas lequel est le plus juste) et qui repousse la femme qui souhaite sortir de cette forêt (Chizuru, la soeur de la prof de biologie) pour se rendre avec lui à Tokyo. Oui mais voilà, rien ne dit que notre héros  ait envie de retourner à Tokyo. S'il n'est pas venu dans cette forêt pour se perdre et se suicider (méthode typique employée au Japon pour se suicider) - encore que, on en n'est pas certain - il est venu avant tout pour se resourcer et chercher à donner un sens à sa vie.

Et que dire de la fin sinon qu'elle préfigure une sorte d'apocalypse (Kaïro ?).

En somme, voilà un film d'une très grande beauté visuelle - qui peut paraître un peu austère pour certains - qui pose de nombreuses questions sur la vie au sens le plus noble que ce terme peut contenir. Pour ceux qui souhaitent connaître une des oeuvres non négligeable de l'un des très prometteurs réalisateurs de la nouvelle vague japonaise, Charisma  est le film à voir.

Par Nicofeel