lesinvitesRéalisé par Anne Le Ny
Année :
2010
Origine : France
Durée : 100 minutes

Avec : Fabrice Luchini (Arnaud), Karin Viard (Babette), Michel Aumont (Lucien), Valérie Benguigui (Karine), Véronica Novak (Tatiana), Olivier Rabourdin (Rémy). 

FICHE IMDB

Résumé
: Tandis qu'un père de famille vient de contracter un mariage blanc avec une jeune femme bien moins âgée, son comportement à l'égard de ses deux enfants, change de manière importante.

Réalisé par Anne Le Ny, Les invités de mon père prend la forme de la chronique familiale. Mais le film est bien plus riche que beaucoup de films du même genre. Car les invités de mon père est l'occasion de brasser plusieurs thèmes tels que l'immigration et le mariage blanc, la solitude quand on est au seuil de la mort, les rapports familiaux, la question de l'héritage, l'adultère.
Le film est intéressant car il montre des personnages qui ne sont ni blancs ni noirs mais qui vivent tout simplement en fonction de leurs envies et de leurs aspirations. Ainsi, le personnage du père, joué par Michel Aumont, est le symbole même de toute la complexité de l'être humain. Au départ, ce père, censé avoir 80 ans, est connu par ses enfants pour son implication dans une association en faveur des étrangers en situation irrégulière. Grosso modo il aide des étrangers en France en les hébergeant, afin de leur permettre quand c'est possible d'obtenir une carte de séjour.

Il apprend à ses enfants qu'il héberge une jeune femme russe, Tatiana, et sa petite fille. Ses deux enfants, Babette (Karin Viard) et Arnaud (Fabrice Luchini) croient tout naturellement qu'il s'agit d'un énième hébergement d'un étranger démuni de papiers. Mais là le père a carrément épousé cette russe ce qui va lui permettre de régulariser sa situation. Ce « cadeau » n'a pas été obtenu gratuitement. En effet, on comprend tout au long du film que le père a bien été décidé à avoir des relations sexuelles avec cette jeune femme.
Dès lors, on ne s'étonnera pas que cette jeune russe ait choisi de récupérer un maximum d'argent de son vieil époux. Elle souhaite s'accorder une vie nouvelle pour elle et pour son enfant. Après tout, c'est bien une réaction humaine.

Le film s'intéresse également de manière très subtile aux relations des deux enfants de ce père : Babette et Arnaud. Chacune de ces deux personnes a une vie bien rangée, aussi bien sur le plan personnel que professionnelle. Karin Viard est d'ailleurs parfaite dans le rôle de cette femme qui en a marre de sa vie bien rangée et qui souhaite avant tout à donner un peu d'originalité, de fantaisie à sa vie. Sur le ton de la comédie, la réalisatrice évoque tout de même la question de l'adultère, car Babette est une femme mariée, qui n'avait jusqu'alors jamais trompé son époux. Les scènes entre Babette et son collègue de travail, réduit quasiment au rôle d'objet sexuel, sont très drôles.

Sur un ton beaucoup plus sérieux on a droit au développement de la relation entre Babette et Arnaud qui profitent finalement du changement radical de leur père, qui se met même à les déshériter, pour se rapprocher. Ces rapports entre ce frère et cette soeur font plaisir à voir, et dénotent une vraie réflexion sur la vie. Et puis ces deux frère et soeur se retrouvent aussi parce qu'ils ont un ennemi en commun : cette femme russe qui leur enlève leur père et la fortune de celui-ci. L'héritage est tout de même une question délicate qui est abordée ici de front. On sait que dans les familles cette question est essentielle et donne lieu souvent à des joutes verbales pas vraiment amicales. Alors quand l'héritage est donné à une femme étrangère à la famille, c'est encore plus difficile à gérer.

On notera que le film a un ton qui change progressivement, passant du comique au dramatique. Par exemple, on évoque au départ la question de l'immigration et du mariage blanc (quoique finalement consommé, même si les deux protagonistes ont des motivations différentes) sur le ton de la comédie alors qu'à la fin, ce sont les enfants de ce fameux père de famille qui dénoncent leur néo belle mère au service de l'immigration pour s'en débarrasser.
Cependant, à aucun moment, la cinéaste Anne Le Ny ne se permet de juger les actions de ses protagonistes. Elle montre des êtres aux motivations différentes, qui ne sont jamais des êtres parfaits, prouvant bien pour l'occasion qu'ils sont finalement des êtres humains.

On constatera que le film doit pour beaucoup sa réussite à son casting de premier ordre où se distinguent notamment le jeu de Fabrice Luchini, Karin Viard et Michel Aumont. Tous ces acteurs sont crédibles dans leurs rôles respectifs et ils donnent un aspect « vrai » à cette histoire. Le film est d'autant plus intéressant qu'il comporte un aspect universel et contemporain, que l'on pourrait en fin de compte retrouver dans de nombreuses autres familles.
Voilà une chronique familiale qui mérite largement d'être vue.