larevelationRéalisé par Hans-Christian Schmid
Année :
2010
Origine : Allemagne
Durée : 110 minutes

Avec : Kerry Fox (Hannah Maynard), Anamaria Marinca (Mira Arendt), etc.

FICHE IMDB

Résumé
: Les difficultés rencontrées par une procureure pour mettre à jour la culpabilité d'un homme accusé de crimes contre l'humanité, qui se retrouve devant le tribunal pénal international de La Haye, mais est dans le même temps en passe de devenir le prochain président de la Serbie.

En ce début d'année 2010, de nombreux films évoquent  les massacres qui ont eu lieu dans les camps de concentration. Dans la même veine, l'allemand Hans-Christian Schmid a décidé de porter un regard attentif sur les viols et meurtres qui se sont déroulés récemment dans les Balkans.

S'appuyant sur un scénario fictionnel plus vrai que nature, le cinéaste s'intéresse au cas de Goran Duric, ex général serbe accusé de crimes contre l'humanité, qui est en voie de devenir le président de la Serbie. Toujours dans le film, cette personne est jugée en 2009 devant le Tribunal pénal international de La Haye à Amsterdam. Mais pour accuser le procureur Hannah Maynard (Kerry Fox) a besoin d'éléments tangibles. Or, les déclarations mensongères de son seul témoin, Alen Hajdarevic, mettent à mal son travail. Cependant, la soeur d'Alen, qui vit en Allemagne, a l'air d'en savoir plus.

Un des intérêts du film va alors résider dans le fait de savoir si cette femme, Mira Arendt, va accepter et pouvoir divulguer des informations essentielles dans le cadre de ce jugement. En effet, cette jeune femme fait partie des personnes qui ont été violées par les troupes de Goran Duric et qui ont assisté à des massacres de civils.
Très adroitement, le film montre qu'il n'est pas si évident que cela de dire les choses. En effet, il y a des groupes de pression qui n'ont pas intérêt à ce que certaines vérités soient étalées au grand jour. A la manière de l'excellent film The ghost writer sorti en début d'année, La révélation est un film assez froid avec une mise en scène qui donne l'impression que Mira Arendt peut être agressée ou kidnappée à tout moment. Le côté thriller du film est très intéressant. 

C'est d'ailleurs en raison de l'importance de Mira Ardent que l'équipe du procureur Hannah Maynard fait tout pour la protéger. Mais cela n'est pas forcément suffisant pour obtenir un procès parfaitement équitable. Une autre grande qualité du film est de montrer que le procès d'un homme comme Goran Duric dépasse largement le stade du procès d'un simple accusé. Goran Duric est en passe d'être le prochain gouvernant de la Serbie et son élection pourrait permettre l'intégration de ce pays dans l'Union européenne.

On voit bien que les considérations ne sont pas uniquement celles de rendre la justice. Il faut faire avec d'autres sortes d'intérêt. Et le film a le grand mérite de montrer que les différents magistrats du tribunal La Haye ont bien ces idées en tête. La révélation (qui est une étrange traduction du titre international du film, dont le mot The storm signifie en français La tempête) pointe alors du doigt le fait que la justice est loin d'être équitable. Vers la fin du film, il y a un côté documentaire absolument saisissant où l'on comprend les rouages du tribunal de La Haye.

Une autre force du film réside dans le portrait de deux femmes bien différentes. La première, Ana Arendt, est celui d'une femme qui a été violée et a décidé de refaire sa vie en Allemagne. La seconde, le procureur Hannah Maynard, est celui d'une femme éprise de justice qui va finir par comprendre que tout n'est pas possible et que les intérêts des uns ne vont pas forcément dans le sens d'une justice équitable. Si ces deux femmes sont très différentes aussi bien dans leur parcours que dans leur culture, elles vont être amenées à se rapprocher dans le cadre du procès de Goran Duric. Les deux ont gros à perdre dans cette histoire : la vie pour Ana Arendt, qui est clairement menacée de par l'importance de ses révélations, la carrière professionnelle pour Hannah Maynard si elle ne se conforme pas en se rangeant dans le moule des participants de ce procès bien formaté.

La fin du film est passionnante en raison d'une part de l'engagement de ces deux femmes qui décident d'aller jusqu'au bout de leurs idées et d'autre part de la démonstration des limites du tribunal de La Haye.
En plus de ses thématiques très fortes, le film bénéficie d'un traitement sobre qui lui sied parfaitement. Les scènes ne sont jamais appuyées et les terribles révélations d'Ana Arendt, expliquées à Hannah Maynard, permettent de saisir pourquoi elle cherche in fine coûte que coûte à être entendue par le tribunal de La Haye.

Le film doit bien évidemment sa réussite à la performance de ses deux actrices principales, Kerry Fox dans le rôle d'Hannah Maynard et Anamaria Marinca dans celui d'Ana Ardent. L'une comme l'autre font preuve d'une grande justesse de ton et font donc corps avec leurs personnages respectifs.

Au final, La révélation est un excellent thriller politique qui marque une nouvelle fois du renouveau du cinéma allemand, lequel nous avait déjà livré l'excellent La vie des autres.