woochieTitre du film : Woochie

Réalisateur : Dong-Hun Choi

Année : 2009

Origine : Corée du Sud

Durée : 136 minutes

Avec : Su-Jeong Lim, Yun-Seok Kim, Dong-Won Kang, Jung-Ah Yum, Yun-Shik Baek, etc.

FICHE IMDB

Résumé : Aidé de son fidèle compagnon, un sorcier va tenter de sauver l'humanité.

Réalisé en 2009 par le sud-coréen Dong-Hun Choi, Woochie (de son titre international Jeon Woochie : the taoist wizard) est un film mélangeant action, fantastique (héroic-fantasy) et comédie, voire burlesque (le personnage du chien). Le film traite d'un mythe taoïste avec une flûte (genre de macguffin hitchcockien) que tout le monde recherche sans que l'on sache vraiment pourquoi au final. Et d'ailleurs l'histoire du film ne le dira jamais.
Le héros du film est un sorcier, Woochie, qui, aidé de son fidèle (c'est le cas de le dire) compagnon va tenter de sauver l'humanité. Il va devoir combattre des gobelins et un sorcier dissident ayant décidé de se ranger du côté du mal.

Très dynamique, le film passe très bien pour le spectateur malgré sa durée de 2h15. Il faut dire que Woochie joue clairement la carte du film populaire. D'autant qu'il y a une première partie qui se passe au Moyen Age puis 5 siècles plus tard, à notre époque actuelle où Woochie se retrouve complètement désorienté. Il y a clairement un côté très Visiteurs avec ce personnage qui découvre un nouveau monde : les tours ont remplacé les habitations sommaires en bois, il n'y a plus de cheval (le collègue de Woochie étant par moments transformé dans la première partie en cheval) mais des voitures, etc. Cela donne lieu à plusieurs séquences extrêmement drôles avec ce Woochie qui paraît complètement paumé et a bien du mal à se faire aux habitudes de ce pays qui est le sien mais qui a fondamentalement changé au fil des siècles.

Le cinéaste Dong-Hun Choi a bien réussi le passage d'une époque à une autre en ayant eu la bonne idée d'inscrire par moments les personnages dans des gravures où ils entrent et ne ressortent que 500 ans plus tard (côté fun pour les 500 ans). Cela fait penser à un passage dans une autre dimension, comme lors du combat final.
Le film ne se gêne pas d'ailleurs de donner un vrai côté fun au film. De ce point de vue, la relation de Woochie avec son fidèle serviteur qui prend souvent les traits d'un cheval ou d'un chien est vraiment très drôle. Délibérément, ce personnage secondaire est représenté comme quelqu'un d'un peu idiot et assez peu fin, même s'il aide plusieurs fois Woochie. On notera au passage qu'à un moment il trahit son maître une fois pour devenir un humain (une humaine en fait !).

Toutes ces histoires de transformation ou de réincarnation paraissent bien étranges aux yeux du spectateur occidental mais il faut bien voir que cela reste quelque chose de typique dans la culture orientale. Au demeurant, le film mentionne à de nombreuses reprises la religion taoïste où chaque chose aurait une âme (on reproche d'ailleurs à Woochie qu'il n'ait pas d'âme et qu'il doive avoir recours à des talismans en papier). Et puis le taoïsme est évoqué également indirectement par la réincarnation supposée de certaines personnes : on peut par exemple penser que la jeune veuve s'est réincarnée en femme à tout faire pour l'actrice (délibérément choisie comme insupportable) ; la relation qui la lie à Woochie qui ne cesse de la chercher et même de la sauver par moments. Est-elle le dieu arc qui se serait réincarnée en elle pour sauver Woochie ? On ne sait pas. On signalera également que le combat final donne lieu à quelques twists assez bienvenus (dans le côté notamment fantaisiste du film) et un rappel évident au taoïsme par l'utilisation des ces élémentaux d'air, de feu et d'eau.

Très agréable dans l'ensemble, Woochie n'est pas pour autant un film exempt de tout reproche. D'abord, il faut bien reconnaître que le film est amusant mais qu'il n'a pas vraiment d'autre but que de divertir le spectateur. On est loin d'avoir affaire à un film d'auteur.
Surtout, on regrettera un abus d'effets de synthèse par toujours très réussis, notamment lors de l'apparition des gobelins. Cela donne une désagréable sensation de décalage par rapport au film et cela amoindrit l'intérêt de ce long métrage. Mais bon, on peut se douter que le ratage de certains effets est dû au faible montant alloué à ce film.
Et puis c'est le seul vrai défaut qui n'handicape pas spécialement ce film sans prétention. On prend plaisir à voir ce film qui ne demande pas beaucoup de concentration pour être vu.
Il faut dire qu'avec des acteurs qui jouent tous la carte de l'humour et prennent particulièrement à coeur leurs rôles, quitte à sur-jouer par instants, on a le temps de rigoler et on ne voit pas le temps passer.
La boucle du film se referme d'ailleurs avec une fin qui rappelle sans conteste le début du film avec la fameuse plage où l'on voit un océan très net.

Au final, Woochie est à prendre pour ce qu'il est : un pur film de divertissement qui n'est là que pour amuser le spectateur. Un budget un peu plus conséquent aura permis d'éviter des effets visuels parfois à la limite du ridicule, notamment par la création des monstres de ce long métrage. Woochie est le film parfait à voir si on n'a pas envie de se prendre la tête mais si on a uniquement envie de se détendre.