Publicité
Déjantés du ciné
8 décembre 2011

Arrietty le petit monde des chapardeurs d'Hiromasa Yonebayashi

arriettyTitre du film d'animation : Arrietty le petit monde des chapardeurs

Réalisateur : Hiromasa Yonebayashi

Année : 2011

Origine : Japon

Durée du film d'animation : 94 minutes

FICHE IMDB

Résumé : Dans la banlieue de Tokyo, sous le plancher d'une maison, vivent des personnes de petite taille : les chapardeurs.

Réalisé par Hiromasa Yonebayashi, Arrietty le petit monde des chapardeurs est la toute dernière production Ghibli. A cette occasion, le studio Ghibli adapte le roman fantastique The borrowers (1952) de Mary Norton. L'imaginaire n'est donc pas japonais mais britannique. Toutefois, l'histoire se déroule bien au Japon, du côté de Tokyo.

Il y est question de gens de toute petite taille, qui font à peine quelques centimètres. Ces personnes sont les chapardeurs car ils vivent dans les maisons des humains et leur subtilisent de la nourriture ou des objets pour leurs besoins propres. La petite Arrietty, une jeune fille de 14 ans, est un chapardeur qui vit avec ses parents. Les chapardeurs doivent faire attention à ne voler que les choses qui ne pourront pas attirer l'attention des humains. Il en va de la survie de leur espèce. Pourtant, Arrietty va attirer l'attention de Shô, le jeune humain qui vit dans la maison des humains.

Une telle histoire n'est pas sans rappeler la série américaine les Minipouss, diffusée en France à la télévision entre 1983 et 1985. Le parallèle s'arrête cependant là car l'histoire et le ton utilisé n'a rien de très drôle. Le ton est plutôt sérieux.

Il y a une petite réflexion autour de ces chapardeurs, des êtres qui sont de moins en moins nombreux. L'homme est manifestement rendu responsable de cette disparition. On a d'ailleurs dans ce film la description d'une femme peu sympathique qui cherche à faire disparaître ces êtres. Il n'y a donc pas que des gens gentils comme le petit garçon Shô. C'est d'ailleurs le rapport entre ce dernier et Arrietty qui est au centre du film. Leur relation est vraiment amicale et la preuve que quand on connaît l'autre, on peut très bien s'apprécier. Comme le montrait le studio Ghibi avec Pompoko, il ne faut pas craindre les autres. Il y a donc une réflexion sur le fait de connaître l'autre. Tant les chapardeurs que les humains ne peuvent être amis qu'en se fréquentant. Mais les choses sont plus faciles à dire qu'à faire.

Ce film d'animation a beau être le premier film d'Hiromasa Yonebayashi, on sent constamment la patte d'Hayao Miyazaki. Il faut constater à cet égard que ce grand maître de l'animation est sur ce film scénariste et producteur exécutif.
Le co-fondateur du studio Ghibli est présent partout, que ce soit au niveau de l'animation qu'au niveau des thématiques développées dans ce long métrage.

L'héroïne, âgée de 14 ans, est bien dans le style de celles vues chez Miyazaki : des jeunes filles courageuses, prêtes à tout pour sauver leur peuple. Quant au petit chapardeur sauvage, il fait penser au petit garçon ami de Kiki la petite sorcière par son côté taciturne. Et puis Le chat a vraiment une bouille qui fait penser à Totoro.
De son côté, la nature est toujours belle comme dans les autres estampillées studio Ghibli. Profitons de l'occasion pour signaler que le trait du dessin est remarquable. Il y a un très beau chara-design avec un minimum d'images de synthèse et un maximum d'images faites à l'ancienne. Comme quoi tout l'univers du studio Ghibli est bien là.

De superbes détails qui prouvent qu'un vrai travail de fourmi a eu lieu. Le film adopte d'ailleurs avec une grande justesse le point de vue des chapardeurs avec ces choses qui deviennent immenses quand on ne mesure que quelques centimètre. Aller dans la cuisine de la maison des humains devient un véritable périple.

Pour autant, même si Arrietty est bien mis en scène et peut bénéficier du savoir-faire du studio Ghibli, il n'empêche que ce long métrage est loin d'être une œuvre majeure.
Le scénario est sympathique mais beaucoup trop linéaire et prévisible. C'est dommage, d'autant que l'histoire est sérieuse et a un ton très adulte, avec tant des questionnements sur le devenir des chapardeurs que sur le devenir du petit garçon, Shô, dont le cœur est malade.

De plus, si cette histoire est remplie de bons sentiments, un peu dans le style de Kiki ou de Totoro, on sent qu'il manque quelque chose de magique dans cette histoire. Il n'y a pas un Totoro qui vous fait rêver tout éveillé.

Enfin si on peut se satisfaire du fait que la musique est française puisqu'elle est composée par la bretonne Cécile Corbel, malheureusement elle ne remplace nullement Joe Hisaishi. A fortiori, d'un point de vue global, si ces musiques celtiques sont apaisantes et plutôt pas mal, lorsqu'il y a du chant là-dessus, le son devient trop fort et étouffe quelque peu les images que l'on voit à l'écran. Ce qui amoindrit le plaisir à regarder ce long métrage.

Au final, Arrietty le petit monde des chapardeurs est un sympathique long métrage d'animation mais qui ne restera pas à la postérité comme une œuvre importante du studio Ghibli. Cela reste malgré tout un beau petit film à regarder tranquillement en famille.

Publicité
Publicité
Commentaires
N
Merci HP pour cet avis sur la qualité du blu ray d'Arrietty !
Répondre
H
... bon le bluray est sorti et quel disque de démonstration !!! Récemment acheté avec Nausicaa et Mes Voisins Les Yamada (3 pour 2 ça le fait grave) c'est le pied!<br /> <br /> <br /> <br /> L'image est monstrueuse de couleurs qui brillent de mille feux et que dire des détails qui fourmillent à chaque image !<br /> <br /> <br /> <br /> Concernant le son, le mixage est d'une précision inouïe et la spatialisation énorme (vive le 5.1 DTS HD Master Audio) sans oublier la clarté que permet le débit du DTS HD MA (adios le DTS)! On en prend plein les oreilles et on se croirait à côté des protagonistes !<br /> <br /> <br /> <br /> Techniquement, facilement un des 5 meilleurs blurays sortis en 2011!<br /> <br /> <br /> <br /> Certes le film est léger mais il y a une certaine féérie qui se dégage de ce film sans prétention.<br /> <br /> <br /> <br /> Vivement la sortie prochaine en bluray d'oeuvres comme Chihiro (pas mon préféré mais le bluray va être superbe), Princess Mononoke et Howl's Moving Castle et ce dernier ne devrait pas manquer 2012 sur nos contrées (il vient de sortir en novembre au Japon avec les contes de Terremer)<br /> <br /> <br /> <br /> Ce bluray est à posséder absolument ! (je sais j'ai fait une esquisse du bluray MDR)
Répondre
Déjantés du ciné

Site indépendant proposant plus de 700 critiques de films américains, asiatiques et européens, dans tous les genres (action, comédie, documentaire, drame, romance, fantastique et S-F, horreur, policier, politique, thriller, western, etc.)
Voir le profil de Tchopo sur le portail Canalblog

Publicité
Archives
Derniers commentaires
Publicité