lesdeuxtoursTitre du film : Les deux tours

Réalisateur : Peter Jackson

Année : 2002

Origine : États-Unis / Nouvelle Zélande

Durée du film : 223 minutes (pour la version longue)

Avec : Elijah Wood (Frodon Sacquet), Sean Astin (Sam), Ian McKellen (Gandalf), Viggo Mortensen (Aragorn), Orlando Bloom (Legolas), John Rhys-Davies (Gimli), Dominic Monaghan (Merry) Billy Boyd (Pippin), Liv Tyler (Arwen), Christopher Lee (Saroumane), Hugo Weaving (Elrond), Cate Blanchett (Galadriel), Bernard Hill (Théoden), Miranda Otto (Eowyn), Karl Urban (Eomer), Brad Dourif (Grima langue de serpent), David Wenham (Faramir), Gollum/Sméagol (Andy Serkis), etc.

FICHE IMDB

Synopsis : Les deux tours constitue le deuxième volet de la trilogie du seigneur des anneaux.


Les deux tours (pour un préambule sur Le seigneur des anneaux et des explications sur le premier film, se reporter à ma critique de La communauté de l'anneau ici-même) constitue le deuxième volet des aventures du seigneur des anneaux.

En soi, il est très original dans la mesure où il ne comporte pas de début (puisqu'il est la suite de la communauté de l'anneau) et pas de fin (elle reviendra au retour du roi). Cela n'empêche nullement ce film d'être très intéressant.

Comme lors de La communauté de l'anneau, le réalisateur Peter Jackson nous propose une séquence introductive tout bonnement époustouflante. On a droit ainsi au combat titanesque qui voit le magicien Gandalf affronter le balrog. Cette séquence, filmée en plongée, est superbe.

Si Peter Jackson respecte dans ses grandes largeurs le roman de Tolkien (la grosse différence étant que la séquence avec l'énorme araignée dénommée Arachne ne sera présentée que dans Le retour du roi), il traite l'histoire de manière très différente. Tolkien avait choisi de raconter d'abord les épisodes que vivent les membres de la communauté qui ont migré vers le Rohan puis de traiter les événements qui ont trait au porteur de l'anneau, à savoir Frodon Sacquet et à son fidèle Sam.

Comprenant aisément que l'adaptation d'un livre ne consiste pas forcément à suivre la chronologie d'un roman puisque cela pourra ne pas s'avérer obligatoirement judicieux, Peter Jackson décide de traiter ces deux histoires de façon alternative. On passe fréquemment de l'une à l'autre et cela donne un film qui est d'autant plus rythmé.

Il faut dire que de toute façon on n'a pas le temps de s'ennuyer dans Les deux tours, même si la version longue fait tout de même 251 minutes !

lesdeuxtours2Du côté des événements qui concernent Frodon et Sam, le film Les deux tours marque l'arrivée d'un nouveau et essentiel personnage : Gollum/Sméagol. Celui qui fut autrefois un hobbit fait désormais plus penser à une sorte d'animal. Il se plait d'ailleurs à manger des animaux ou du poisson cru, comme lors de cette scène dans le lac interdit : « Le lac est beau. Fraiche est son eau. C'est délicieux ! Ce que nous voulons c'est du poisson fort bien gouteux. »

Gollum est indubitablement liée à l'anneau, qu'il a jadis porté. L'acteur Andy Serkis, qui a tourné avec les acteurs du film puis en studio avec des capteurs de mouvements (sans compter les moments qu'il a utilisé pour faire la voix de Gollum), interprète de façon magistrale le rôle de Gollum. Sa performance d'acteur est époustouflante. Il représente très bien le côté schizophrène de cet être tourmenté qui ne pense qu'à l'anneau : « mon précieux » ; « nous jurons de servir le maître du précieux » sont des paroles très évocatrices dans la bouche de Gollum. On appréciera notamment cette très belle scène où, dans la nuit, on voit un Gollum qui déclare aimer son maître alors qu'un autre, plus méchant, dit qu'il déteste les hobbits. Toute la complexité de ce personnage est présente dans cette scène.

Les deux tours est un long métrage qui ne se limite bien évidemment pas à la relation entre Frodon (dont le caractère devient plus violent en raison de la charge de l'anneau qui cherche à le corrompre), Sam et Gollum. Le film comporte bien d'autres choses, entre la découverte de nouvelles régions et des moments de bravoure particulièrement marquants.

Le film dévoile ainsi les immenses prairies du Rohan. C'est dans cette région que va se dérouler l'une des batailles les plus impressionnantes avec une poignée d'hommes chargée de défendre le gouffre de Helm face à des milliers d'uruk-hai assoiffés de sang (« il n'y aura pas d'aube pour les hommes »). La bataille du gouffre de Helm, qui a lieu pendant une nuit entière, occupe tout de même plus de 45 minutes dans le film ! Elle permet de valoriser les notions de courage et de solidarité. Elle s'achève par ailleurs par une séquence sublime avec Gandalf le blanc qui, aidé de Rohirrim, vient mettre en déroute les Uruk-hai. Cette séquence guerrière, qui donne un aspect épique évident au film, donne des frissons tant elle valorise des sentiments nobles (la défense du bien face au mal et l'entraide).

La prise d'Isengard par les Ents (qui sont des arbres capables de se mouvoir) de Fangorn, lesquels ont été représentés avec d'excellentes images de synthèse ou des modèles animatroniques, constitue également un moment fort du film Les deux tours. On voit des arbres gigantesques s'en prendre aux troupes du magicien Saroumane qui ont commis une déforestation de grande ampleur.

Le film vaut aussi par l'arrivée de nombreux personnages marquants. Outre Gollum (joué par un Andy Serkis qui aurait sans nul doute mérité un oscar au regard du travail consenti pour le rôle difficile de Gollum), Les deux tours voit l'arrivée du roi Théoden qui va tout faire pour sauver son peuple ; de la guerrière et sensible Eowyn ou encore de Faramir, lieutenant du Gondor qui vit constamment dans l'ombre de son frère Boromir. Les acteurs qui interprètent les rôles de ces personnages se révèlent tous très bons.

lesdeuxtours3Pour terminer, il paraît utile de mentionner que ce long métrage marque aussi et surtout un tournant au niveau de la tonalité du seigneur des anneaux qui devient de plus en plus sombre. Si quelques séquences comiques égayent le film (les pitreries de Gimli ou encore le lancer de nain), il n'empêche que Les deux tours prend une tournure globalement dramatique. La verte comté paraît bien loin...

Le film se termine par une séquence où l'on voit nos deux hobbits accompagnés de Gollum qui se rendent vers la dangereuse citadelle de Cirith Ungol.

Au regard de la grande qualité de ce long métrage tant au niveau de la mise en scène, des acteurs, de l'histoire, on attend qu'une chose après avoir vu Les deux tours : regarder la suite et fin du seigneur des anneaux, à savoir Le retour du roi.