goshu1Titre du film d'animation : Goshu le violoncelliste

Réalisateur : Isao Takahata

Année : 1982

Origine : Japon

Durée : 1h03

FICHE IMDB

Synopsis :Violoncelliste maladroit et timide, Goshu cherche à égaler son modèle : Ludwig van Beethoven.

Goshu est un jeune violoncelliste qui joue au sein d'un orchestre municipal. Assez timide et maladroit, il fait l'objet de critiques de la part du chef-d'orchestre. Celui-ci conseille à Goshu de s'entraîner sérieusement. Ce que le jeune fait une fois qu’il se retrouve seul chez lui, dans un endroit isolé.

Goshu le violoncelliste est le troisième long métrage de Isao Takahata (Le tombeau des lucioles, Pompoko, Mes voisins les Yamada) qui a à cette occasion mis en images l’histoire de Gauche le violoncelliste, écrite par Kenji Miyazawa, personne considérée comme l’un des poètes du vingtième siècle les plus appréciés au Japon.

Encore plus que pour Le tombeau des lucioles, le dessin de cet animé peut paraître assez basique. Cela étant, c'est dans un but bien précis, à savoir renforcer au maximum le sentiment que l’on a d'avoir affaire à un conte.
En l'état, on se laisse porter par cette jolie histoire qui peut se targuer d'un beau rendu du merveilleux et qui bénéficie d'une sublime musique.

goshu2Ce sont successivement un chat, un oiseau, un blaireau puis une souris qui rendent visite à Goshu et qui lui expliquent comment jouer les œuvres de Ludvig van Beethoven.
A la rencontre de ces animaux étranges dotés du don de la parole, Goshu se perfectionne et s’ouvre progressivement aux autres.
Le jeune Goshu s’améliore à tel point qu’à la fin de l’animé le chef d’orchestre – fier des progrès accomplis par son jeune violoncelliste – lui demande de faire un solo devant une salle remplie de personnes comblées par ce qu’elles entendent.

Le réalisateur Isao Takahata montre que, à l’écoute des sons émis par le violoncelle de Goshu, la nature toute entière est en phase avec la musique.
Le côté merveilleux est toujours présent : la musique que Goshu fait écouter aux animaux le transporte véritablement dans un autre monde. Certes, il est toujours chez lui mais Takahata nous signale que sa musique l’a fait passer au milieu de la nature.

Il faut dire que le thème de la nature est omniprésent dans ce conte. On a beaucoup de références au paysage rural, on a toujours sous les yeux un décor champêtre et tout ce qui va avec. Le dessin animé se termine par un très joli coucher de soleil et une pensée qu’a Goshu pour les animaux qui lui ont permis de progresser musicalement.

goshu3Il ne fait aucun doute que le réalisateur, Isao Takahata, est, comme son compère Hayao Miyazaki, un amoureux de la nature et plus largement de la vie. Ce que l’on reverra plus tard dans son œuvre, dans Le tombeau des lucioles, avec une forte intensité dramatique.

En fin de compte, même si Goshu le violoncelliste n’est pas le meilleur animé d'Isao Takahata, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’un très joli conte.

En outre, cet animé est sans nul doute un film hommage au poète Kenji Miyazawa, mais aussi à Ludvig van Beethoven et plus largement à la musique classique.
Voilà donc un dessin animé intéressant qui peut être regardé par toute la famille.