copacabana1Titre du film : Copacabana

Réalisateur : Marc Fitoussi

Année : 2010

Origine : France

Avec : Isabelle Huppert (Babou), Lolita Chammah (Esméralda), Aure Atika (Lydie), Luis Rego (Patrice), Noémie Lvovsky (Suzanne), etc.

FICHE IMDB

Synopsis : Une femme part à l'étranger afin de vendre des appartements en multipropriété.

 

Réalisé par Marc Fitoussi, Copacabana met en scène une Isabelle Huppert dans un rôle véritablement à contre-emploi. Cette grande actrice française incarne le rôle de Babou, une femme qui aime être libre, se laisser vivre au gré de ses envies. Mais avec cette attitude où Babou ne vogue que de petit boulot en petit boulot (selon qu'elle les trouve à son goût ou non), elle fait un peu tâche dans notre société actuelle. A tel point que la plupart de ses amis lui tournent et que même sa fille, Esméralda, finit par se désolidariser d'elle. Le point de non-retour semble être atteint au moment où Esméralda lui déclare qu'elle va se marier mais qu'elle n'est pas invitée au mariage car elle lui fait honte.

 

copacabana2Blessée dans son amour-propre, Babou n'a plus d'attaches dans la ville où elle habite et elle va tenter de se relancer en acceptant de travailler pour une société qui vend des appartements en multipropriété. Cette pratique, le timeshare, qui fut très en vogue en Espagne notamment, a beaucoup été décrié et a fait l'objet de plusieurs arnaques qui ont été nettement relayées par les médias.
A fortiori, dans le cas présent, le but pour Babou n'est pas de vendre des appartements en timeshare en Espagne mais en Belgique, à Ostende, et en hors-saison ! Tout ceci est loin d'être particulièrement sympathique mais Babou va tenter l'expérience, en s'appuyant sur sa bonne humeur et son bagout habituel. Le réalisateur Marc Fitoussi n'y va pas de main morte quand il évoque les promoteurs immobiliers. Il fait vraiment passer les gens qui travaillent là-dedans pour des gens qui ne cherchent qu'à faire du profit et qui traitent leurs employés avec peu de considérations.


Babou et les trois personnes venues comme elle de France pour vendre des appartements ont d'une part la désagréable sensation de constater qu'ils ne vont être logés que dans des appartements étroits, et ce avec deux personnes dans chaque, et d'autre part ils ne sont pas des vendeurs mais uniquement censés aborder les gens dans la rue pour ramener la clientèle.
Seuls les chiffres comptent et si Babou a droit rapidement a plus de considérations que ses camarades (notamment de la part de leur chef, jouée par une Aure Atika particulièrement carnassière dans un rôle peu aimable), c'est uniquement parce qu'elle obtient des résultats très probants. Seul compte d'ailleurs le résultat. La manière dont il a été obtenu importe peu. La société immobilière cherche coûte que coûte à faire signer des gens, le fait qu'ils s'installent dans un bel endroit et bénéficient de belles prestations importe peu (l'exemple du canapé qu'il ne faut pas déplier en direct est assez parlant).

 

copacabana3Le cinéaste Marc Fitoussi ne se limite pas à évoquer le monde de l'immobilier. Il traite également la condition des laissés-pour-compte, ceux à qui la société ne laisse guère de choix. C'est ainsi que Babou porte un regard attendri sur un couple de jeunes clochards, qu'elle accepte de loger, au risque de perdre son emploi. On comprend clairement que Babou représente le point de vue du réalisateur.
Le film vaut surtout par les rapports entre Babou et les différents personnages qui gravitent autour d'elle. Il y a son ami Patrice, avec qui elle s'entend parfaitement. Entre deux personnes à la dèche et qui ont des aspirations communes, à savoir vivre tranquillement, il y a une vraie complicité. On prend un réel plaisir à revoir Luis Rego qui interprète donc ce Patrice ô combien sympathique. Il y a également les relations de Babou avec son ex amie Suzanne, jouée par une Noémie Lvovsky particulièrement remontée contre Babou, ce qui ne l'empêche pas d'avoir la gentillesse de lui prêter sa voiture. Il y a aussi la relation entre Babou et son ami belge, ce dernier la lâchant car il a des sentiments et ne veut pas se limiter à jouer le rôle d'une « bite sur pattes ». Surtout, la principale relation de Babou est celle, conflictuelle, qu'elle entretient avec sa fille. Une relation difficile du fait des aspirations très différentes de ces deux femmes. Mais on prend plaisir à voir ces deux actrices qui jouent un rôle plus vrai que nature puisque Esméralda est jouée par Lolita Chammah qui est la fille d'Isabelle Huppert à la ville. L'épilogue réjouissante du film prouve que ce film a tout du « feel good movie ».


Au final, cette comédie qui a de nombreuses considérations sociales vaut largement le coup d'être vu, d'autant qu'elle permet de voir une Isabelle Huppert particulièrement inspirée et drôle dans un rôle qui lui sied parfaitement. Voilà un film riche et fort de sentiments vrais qui mérite d'être regardé.