royal affairTitre du film : Royal affair

Réalisateur : Nicolaj Arcel

Année : 2012

Origine : Danemark

Durée : 2h16

Avec : Mads Mikkelsen (Johann Friedrich Struensee), Alicia Vikander (Caroline Mathilde), Mikkel Boe Folsgaard (Christian VII), David Dencik (Ove Hoegh-Guldberg), Trine Dyrholm (Juliane Marie), etc.

FICHE IMDB

Synopsis : En 1770, la passion secrète entre la reine du Danemark, Caroline Mathilde, et le médecin du roi, Johann Friedrich Struensee.


Royal affair est un drame romantique basé sur une histoire vraie. Vers la fin du XVIIIème siècle, le docteur Johann Friedrich Struensee, a été recruté par des nobles, pour être le médecin attitré du roi du Danemark, Christian VII, lequel souffrait sur le plan physique et mental. Struensee a pris une importance considérable auprès du roi, à tel point que l'on considère qu'il a régenté le royaume, en  exerçant une politique particulièrement humaniste. Dans le même temps, Struensee aurait eu une relation passionnée avec la reine, Caroline Mathilde.
C'est sur ces faits, qui sont très connus au Danemark, que le réalisateur Nicolaj Arcel s'est basé, pour réaliser son film Royal affair.
Loin du film de costumes classique, voire ennuyeux (il n'y a qu'à se rappeler le film français Les adieux à la reine qui était assez pénible à regarder), ce film danois s'avère au contraire une excellente surprise.

D'abord, il y a cette histoire d'amour tragique entre une noble, destinée à être l'épouse d'un roi idiot, à qui elle doit offrir une descendance et un médecin de campagne, véritable représentant du peuple. Cette idylle se déroule dans l'ombre mais progressivement les deux tourtereaux sont démasqués et les choses se compliquent sérieusement, jusqu'à une issue que l'on devine fatale au vu de l'histoire qui est racontée en flashbacks par l'un des deux protagonistes. Notons à cet égard que le choix scénaristique de raconter cette histoire par le biais d'un récit épistolaire est une très bonne idée.

royalaffair2Ensuite, le destin dramatique de Struensee est aussi et surtout dû à son implication sur le plan politique. Royal affair ne se contente pas de décrire une belle histoire d'amour entre des gens de classes sociales différentes, il montre aussi que durant cette époque où les libertés étaient quasi inexistantes (le servage avait cours, la torture était utilisée lors des interrogatoires, la censure limitait toute forme d'expression contraire au pouvoir en place) et où le clergé était omniprésent, de grandes avancées ont eu lieu. En effet, le roi du Danemark, influencé par son médecin Struensee,  a pris de nombreuses mesures en faveur du peuple, tant sur le plan des libertés que sur le plan sanitaire. Le film sensibilise bien le spectateur sur le fait que l'on situe à une époque et dans un pays où les idées des philosophes français Rousseau et Voltaire ont été reprises.

Mais il est évident que cette volonté de justice sociale n'est pas du goût de tout le monde. Royal affair, comme son titre l'indique, est aussi une belle démonstration sur les jeux du pouvoir et sur la volonté de l'acquérir (cette thématique se retrouve entre autres dans l'excellente série Le trône de fer). Struensee est le premier à profiter de la faiblesse mentale du roi pour faire passer un maximum de lois en faveur du peuple. Mais comme on peut s'en douter, les nobles qui font partie du Conseil d'Etat - sorte d'organe décisionnel du pouvoir royal -  ne sont pas décidés à se laisser évincer. Dès lors, les intrigues et les coups bas sont de rigueur pour récupérer ce pouvoir politique qui est essentiel pour les nobles afin de conserver leur statut social. En choisissant de livrer Struensee comme s'il était le Mal incarné (ce qui est pourtant tout l'inverse), la noblesse peut continuer à asservir le peuple. On voit aisément que le pouvoir offre la possibilité de faire ce que l'on souhaite, même ce qui peut paraître révoltant.

Enfin, il est évident que le film ne serait pas réussi sans un excellent casting. Et sur ce point, il n'y a rien à redire. Ou plutôt il n'y a que des choses positives à évoquer. Mads Mikkelsen, qui incarne le rôle de Struensee, se révèle comme à son habitude extrêmement charismatique. Quant à Alicia Vikander, elle incarne avec beaucoup de sensibilité le personnage de cette reine esseulée qui est désespérément à la recherche d'un bonheur qui ne cesse de lui glisser des doigts. Au niveau des acteurs les plus marquants, il convient aussi de dire quelques mots au sujet de  Mikkel Boe Folsgaard qui joue le personnage du roi Christian VII. L'acteur est parfait dans le rôle de ce roi idiot, complètement loufoque et décadent, qui n'est pas sans rappeler un certain Caligula par ses frasques quotidiennes : il fréquente sans se cacher des prostituées (« moi ce que j'aime c'est les putes aux gros seins »), il boit énormément, il s'intéresse plus à son chien – qui s'appelle Gourmand – qu'à sa femme et il nomme cet animal au Conseil d'Etat, il appelle sa femme « maman », il aime jouer comme s'il se trouvait au théâtre. Et puis il s'en remet à son médecin qui devient son éminence grise, preuve s'il en était besoin de son désintérêt de la politique.

royalaffair3Au niveau de l'environnement du film, un très grand soin a été apporté à cette reconstitution historique. On se croirait vraiment à cette époque des Lumières. Les châteaux sont somptueux et les costumes sont sublimes.
Quant à la mise en scène, elle est très fluide et d'un grand dynamisme. Les beaux plans sont de rigueur et accroissent le côté dramatique de l'ensemble. On ne s'ennuie pas une minute, malgré la durée relativement longue du film (2h16).
Au final, Royal affair est un film en costumes qui vaut largement le détour. Entre une histoire d'amour tragique, une réflexion intéressante sur le pouvoir ou encore une évocation des idées des Lumières, le spectateur a de quoi y trouver son compte.