supercondriaqueTitre du film : Supercondriaque

Réalisateur : Dany Boon

Année : 2014

Origine : France

Durée : 1h47

Avec : Dany Boon (Romain Faubert), Kad Merad (docteur Dimitri Zvenka), Jean-Yves Berteloot (Anton Miroslav), Valérie Bonneton (Isabelle), Judith El Zein (Norah Zvenka), etc.

FICHE IMDB

Synopsis : A bientôt 40 ans, Romain Faubert n'a ni femme ni enfant. Il faut dire que c'est un hypocondriaque et que cette situation lui pourrit la vie.

 

Fort de ses succès au box-office avec le célèbre Bienvenue chez les ch'tis (2008) et avec Rien à déclarer (2010), le comique Dany Boon propose sa nouvelle comédie.

Il prend d'ailleurs comme ses précédents films les mêmes recettes. Comme dirait l'autre, on ne change pas une équipe qui gagne. Donc on retrouve Dany Boon dans le rôle principal, épaulé par un autre acteur, Kad Mérad (vu dans Bienvenue chez les ch'tis), afin de former un duo délirant. Et puis il y aussi un rôle féminin principal, afin d'alimenter le côté romantique du film en plaçant une histoire d'amour gentillette.

A partir de ces éléments de base, Dany Boon crée son film qui se veut enjoué et amusant. On suit ainsi le personnage de Romain Faubert (Dany Boon) qui est hypocondriaque – autrement dit un malade imaginaire – et très sensible à toutes les questions d'hygiène. Cette obession autour de la propreté est telle qu'il refuse de se faire embrasser, de peur de récupérer des microbes et d'être malade. Dans une des premières scènes du film, on le voit lors du réveillon du jour de l'an en train d'éviter des gens et de frapper ceux qui veulent l'embrasser pour lui souhaiter la bonne année ! La scène, bien qu'excessive, est sympathique à regarder.

supercondriaque2La pathologie de Romain Faubert est telle qu'il n'a pas de lien social et que son seul ami est son médecin qui en a marre de le recevoir. Toutes les tentatives de Romain Faubert pour fréquenter des femmes se sont soldées par des échecs cinglants, à l'instar de cette séquence amusante où il feint un amour original en lavant une femme sous la douche !

Soyons clair. Le film de Dany Boon n'est pas fin du tout. L'acteur-réalisateur profite de l'hypocondrie pour faire l'imbécile en gesticulant dans tous les sens. Pour ceux qui apprécient cet humour un peu “lourdingue”, ce long métrage passera sans souci, même s'il ne laissera pas forcément un souvenir impérissable. Pour les autres, qui seraient hermétiques à cet humour et trouveraient l'ensemble clairement “too much”, ça risque d'être difficile de supporter ce Supercondriaque.

Pour ma part, même si les ficelles sont grosses, ce film demeure honnête sur le fond et largement regardable. On ne s'ennuie pas une minute et le côté complètement surréaliste du scénario est amusant. On suit ce personnage de Romain Faubert, qui suite à un imbroglio, se fait passer pour un chef de la résistance d'un pays de l'Est, et se retrouver expulsé dans ce pays, moisissant dans une prison peu fréquentable. L'histoire est abracadabrantesque et peut désarçonner, de même que la relation entre Romain Faubert et la soeur de son médecin, qui croit qu'il est un formidable chef de guerre. C'est véritablement du grand n'importe quoi et les gags ne sont pas d'une grande originalité. Quand on voit Dany Boon en train d'imiter le chef révolutionnaire d'un pays de l'Est, on voit très bien que la personne qui parle est française. On se demande bien comment la jeune femme réussit à se faire duper ! Eh bien, pour apprécier cette petite comédie française, il ne faut pas être trop regardant sur la crédibilité des scènes. Surtout dans sa seconde partie où on a vraiment l'impression que l'on part dans du grand n'importe quoi. Certes, il y a bien une expression qui dit plus c'est gros plus ça passe, mais là le scénario ne s'embarasse pas de tout un tas de détails qui auraient été nécessaires pour donner un minimum de crédibilité à l'ensemble. Dany Boon a manifestement souhaité uniquement amuser le spectateur. Sur ce point, c'est sûr que c'est réussi. Pour le reste, c'est autre chose.

supercondriaque3Côté distribution, le duo Dany Boon – Kad Mérad fonctionne à merveille. C'est clairement l'une (la ?) des grandes qualités du film. Les deux acteurs sont très bons dans ce registre comique, où ils avaient déjà fait des merveilles (pour les fans du film) dans Bienvenue chez les ch'tis. Leur duo n'est pas sans rappeler des films des années 80 tels que La chèvre de Francis Veber avec Pierre Richard et Gérard Depardieu. La mignonne Alice Pol s'en sort également bien, même si la naïveté de son personnage peut laisser perplexe.

Au final, Supercondriaque est une comédie française qui n'est pas d'une grande finesse. Ses gags sont même assez lourds. Pour autant, on sent qu'il y a un souci permanent de faire plaisir au spectateur. Ce n'est déjà pas si mal. Ce film devrait sans souci avoir une carrière très honorable, capitalisant notamment sur le nom de Dany Boon, acteur-réalisateur (re)connu pour son fameux Bienvenue chez les ch'tis.