baby1Titre du film : Babysitting

Réalisateurs : Philippe Lacheau et Nicolas Benamou

Année : 2014

Origine : France

Durée : 1h25

Avec : Philippe Lacheau (Franck), Alice David (Sonia), Vincent Desagnat (Ernest), Tarek Boudali (Sam), Gérard Jugnot (M. Schaudel), Clotilde Courau (Mme Schaudel), Enzo Tomasini (Rémi), etc.

FICHE IMDB

Synopsis : Une soirée de babysitting vire au grand n'importe quoi.

 

Vous connaissez Projet X où des jeunes investissent une maison et la saccagent après une soirée chaotique. Very bad trip, ça vous dit sûrement aussi quelque chose avec ces 4 hommes partis en virée à Las Vegas afin de fêter un enterrement de vie de garçon, qui part en sucette.

Eh bien vous pensiez certainement que seuls les Américains étaient capables de faire des comédies complètement dingues qui partent en vrille. Avec Babysitting, vous allez pouvoir changer d'avis.

Car ce film, pourtant totalement français, est une sorte de mix entre Very bad trip et Projet X. On y suit un jeune homme, Franck (Philippe Lacheau, également co-réalisateur du film), qui travaille dans la maison d'édition Schaudel en tant qu'agent d'accueil et qui doit faire le babysitter auprès du fils de son patron, alors que c'est le jour de son anniversaire. La soirée ne s'annonce pas vraiment sous les meilleurs auspices... Sauf que les amis de Franck débarquent à l'improviste chez les Schaudel et sont bientôt suivis par d'autres amis puis des amis d'amis, jusqu'à ce que la villa soit remplie de jeunes gens venus faire la fête.

baby4Babysitting ne s'embarrasse pas d'éléments complexes au niveau de son scénario et des thématiques développées. Il n'y a rien à chercher dans le film à ce niveau-là. Il nous montre tout simplement une soirée qui part complètement en vrille. Et sur ce plan là, ce long métrage est très réussi. Quelques gags sont hilarants et véritablement mémorables : un striptease où la “victime” fait office de punching ball ; une séance de manèges bien prenante ; des karts “fous” qui sortent de la fête foraine ; un perroquet qui va subir un triste sort...

Et puis il y a évidemment le gamin qui doit être gardé. Ce sale môme est ingérable, à tel point qu'il finit par fuguer, ce qui va d'ailleurs donner à ce long métrage son côté Very bad trip.

Le scénario est plus astucieux que prévu. Car rapidement on comprend que la maison des Schaudel est devenue un véritable champ de mine. En effet, on retrouve monsieur et madame Schaudel qui rentrent chez eux le lendemain et qui voient l'état de leur maison. Une vidéo retrouvée leur permet de comprendre ce qui s'est passé. En fin de compte, pendant la majeure partie du film, on est comme dans un found footage (où une vidéo est retrouvée et où on la visionne, comme si on était à la place des protagonistes), sauf qu'il ne s'agit pas d'un film d'horreur à la REC mais bien d'une comédie. Avec cette mise en scène où l'on voit l'un des amis ayant participé à la fête qui filme l'action en direct, il y a un côté interactif avec le spectateur.

Si Babysitting marche très bien, c'est évidemment grâce à ses gags mais aussi à son casting fort sympathique. En plus d'être co-réalisateur du film, Philippe Lacheau est très bien en tant que jeune trentenaire désabusé qui perd le fil de la soirée dans laquelle il devait uniquement faire du babysitting. A ses côtés, on trouve le très bon Tarek Boudali qui joue un séducteur à “deux balles”, Vincent Desagnat tout droit sorti d'un film de Michael Youn, mais aussi la belle Alice David, qui est très sollicitée dans Babysitting par les hommes et prend un malin plaisir à les rembarrer, notamment dans certaines séquences très amusantes. Ce long métrage donne aussi des petits rôles à Gérard Jugnot et à Clotilde Courau qui interprètent à merveille le couple Schaudel.

Au final, sans être un chef d'oeuvre, Babysitting se révèle une comédie menée tambour battant (le film dure à peine plus d'1h20), avec un esprit libre, déconneur qui fait plaisir à regarder. C'est une oeuvre qui change des habituelles comédies françaises. On a aimé et on en redemande.

baby2