robinsoncrusoeonmars1Titre du film : Robinson Crusoé sur Mars

Réalisateur
: Byron Haskin

Année : 1964

Origine : Etats-Unis

Durée du film : 1h50

Avec : Paul Mantee (le commandant Christopher Draper), Victor Lundin (Vendredi), etc.

FICHE IMDB

Synopsis : Une adaptation très libre du roman de Daniel Defoe, qui a lieu sur la planète Mars.

Avec un titre aussi original, Robinson Crusoé sur Mars, on peut s'attendre à une œuvre pour le moins atypique. Et c'est bien le cas ! Le cinéaste Byron Haskin adapte ici le roman Robinson Crusoé de Daniel Defoe (1719) pour en faire un film qui est censé se dérouler sur Mars. Les connaisseurs du roman ne seront pas trop surpris car il y a plusieurs points entre le film et le roman : le personnage principal, le commandant Christopher Draper se réfugie dans une grotte où il se construit une habitation ; ce dernier aide un esclave à se libérer et décide de l'appeler Vendredi ; Christopher Draper apprend à parler à Vendredi et le convertit au christianisme.

Évidemment, en choisissant que son action se déroule sur Mars, le réalisateur Byron Haskin a agrémenté son film d'éléments relatifs à la science-fiction : le commandant Christopher Draper s'éjecte de son vaisseau spatial, suite à un risque de collision avec un météore. Il atterrit donc sur la planète. C'est là que commencent donc les aventures de ce néo Robinson Crusoé.
Dès le début, on ressent que le film ne joue nullement sur la vraisemblance et comporte un aspect véritablement daté. Alors on pourra certes être amusé par le côté kitchounet de l'ensemble. Il n'empêche, le film n'est pas voulu comme étant spécialement comique et on sent que le réalisateur a des prétentions autres que celles d'Ed Wood !

robinsoncrusoe2A la vision du film, on apprend qu'il a été tourné dans la vallée de la mort. Heureusement que l'on nous précise cette information car cela ne saute pas franchement aux yeux. On peut surtout penser que quelques scènes ont été tournées à la vallée de la mort. Le reste a manifestement été tourné en studio et là franchement, le résultat n'est pas fameux. Tant les décors que les effets spéciaux paraissent rudimentaires, même si l'on est qu'en 1966. L'aspect fantastique du film en prend un sérieux coup. Quand on voit les vaisseaux ennemis qui attaquent, on se demande s'il faut rire ou non, tellement c'est vraiment mal fait.

Et puis si l'aspect fantastique est présent par le fait que l'action a lieu sur Mars, le scénario est aussi bien amené que les effets spéciaux. Ainsi, le commandant Christopher Draper réussit à respirer quelques instants sur Mars en enlevant la visière de son casque d'astronaute ! Plus tard, il aura besoin de capsules d'oxygène que lui donne Vendredi pour respirer en dehors de la grotte. Tout ceci est évidemment d'une logique imparable. Dans le même ordre d'idée, la fin du film est très crédible avec ces deux hommes qui affrontent sans trop de soucis le désert, les marais et le froid, alors que l'on est d'ailleurs sur Mars ! Visiblement, il ne faut pas être trop regardant et prendre cette série B avec beaucoup de légèreté.

De plus, si le film comporte quelques moments intéressants dans sa deuxième partie, donnant l'impression que l'on assiste à un film d'aventures à connotation fantastique, il faut tout de même signaler que la première partie est franchement laborieuse.
D'une part, il ne se passe pas grand chose dans cette première partie avec Christopher Draper qui mange, se lave, se rase. D'autre part, il n'y a pas vraiment d'enjeux à ce moment-là, notre unique protagoniste (à cet instant), n'étant nullement inquiet de ce qui lui arrive. On notera pour la petite histoire que sur le devant de la grotte où vit notre Robinson de l'espace, on trouve un drapeau américain. Décidément, les Américains ne peuvent pas s'empêcher de faire du nationalisme, même dans des petits films comme celui-ci.

En outre, ce film a été encore plus kitch que prévu pour moi car je l'ai vu en version française. Autant dire que les doubleurs s'en sont donnés à cœur joie, livrant aux spectateurs quelques pépites. Au rang de la séquence la plus croustillante, on a droit à une déclaration très subtile du commandant Christopher Draper : « Je ne laisserai pas mon pote [...] oui en argot ça signifie frère. »
Au final, que penser de ce Robinson Crusoé sur Mars ? Qu'il s'agit d'un film qui a manifestement très mal et qui demeure très largement dispensable. Seuls les spectateurs à la recherche de cinéma original pour tenter de regarder ce film curieux qui, malgré tous ses défauts, se suit plutôt bien.