lecerclelitt_raireTitre du film : Le cercle littéraire de Guernesey

Réalisateur : Mike Newell

Année : 2018

Origine : Royaume-Uni

Durée : 2h04

Avec : Lily James, Michiel Huisman, Matthew Goode, Jessica Brown Findlay, etc.

FICHE IMDB

Synopsis : Londres, 1946. Juliet Ashton, une jeune écrivaine en manque d’inspiration reçoit une lettre d’un mystérieux membre du Club de Littérature de Guernesey créé durant l’occupation.

 

Quand un roman contemporain rencontre un grand succès, il est fréquent que le monde du cinéma s’y intéresse de près. C’est ainsi que le best-seller Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates (2008), très apprécié des connaisseurs, fait l’objet d’une adaptation cinématographique.

Le projet est confié à un réalisateur chevronné, Mike Newell, à qui l’on doit 4 mariages et un enterrement ou plus récemment un épisode d’Harry Potter.

Au niveau de la distribution, le rôle-clé est confié à une actrice dans le vent : la belle Lily James, vue entre autres dans la série Downton abbey (Lady rose) et dans la mini-série Guerre et paix de la BBC. Elle interprète le rôle de Julie Ashton, une jeune écrivaine cherchant l’inspiration pour se lancer. Un jour, contactée par le membre d’un club de lecture, elle démarre une correspondance assidue, qui lui donne envie de rencontrer les membres de ce club. C’est alors que le film prend son envol lorsque Julie Ashton se rend sur l’île de Guernesey.

lecerclelitt_raire2Les amateurs de séries anglaises (Downton abbey, Poldark, Outlander) vont sans doute tomber sous le charme de cette adaptation littéraire. Outre un scénario concocté aux petits oignons, le film peut se targuer de sublimes décors naturels. Les paysages verts de l’île de Guernesey constituent une invitation au voyage. Et puis ces falaises immenses ont quelque chose de magique. Comme s’il allait se passer quelque chose d’extraordinaire.

Pour ceux n’ayant pas lu le livre, Le cercle littéraire de Guernesey est riche car il joue sur plusieurs tableaux. Il y a d’abord la découverte de ce véritable club de lecture, ayant permis à ses membres de tisser des liens amicaux. Pourtant au départ, ce lien n’existe pas. C’est un événement incongru, survenu durant la deuxième guerre mondiale, qui va donner naissance au cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ! (d’où le titre du roman).

Sans avoir l’air d’y toucher, Mike Newell aborde de front la question de l’occupation allemande durant la guerre. C’est d’ailleurs cette situation dramatique qui amène les membres de ce club de lecture à être solidaires. Même quelques années plus tard, lorsque Julie Ashton se rend sur l’île de Guernesey, le souvenir de leur passage est toujours prégnant : les barbelés que l’on retrouve à plusieurs endroits, les tours d’observation, etc. Et puis Julie Ashton apprend que des gens ont été traumatisés par la guerre. Sans compter ceux ayant vécu dans la misère sur une île isolée.

Le cercle littéraire de Guernesey parvient à retenir sans mal l’attention du spectateur car il joue sur plusieurs tableaux : la description du club littéraire, les maux causés par l’occupation allemande. On a aussi et surtout une histoire mettant l’accent sur les membres de ce club, des gens réellement attachants. Si Mike Newell ne peut évidemment pas en deux heures développer les personnages comme dans le roman, on est tout de même happé par la gentillesse de ces gens, leur humanisme. Même si les thématiques sont différentes, on ressent par moments toute la bonté émanant de l’excellent film Beignets de tomates vertes.

D’autant que dans les deux films la comédie et le drame se marient à merveille. Ici, on comprend rapidement qu’un mystère lie tous les membres du club. Julie Ashton apprendra de quoi il en retourne lorsqu’elle aura obtenu la confiance des membres, leurs confidences. Et tout cela est lié à une histoire d’amour…

Car Le cercle littéraire de Guernesey est aussi un drame romantique. On assiste à différentes histoires d’amour très pures : une par le biais de flashbacks. L’autre mettant en scène notre héroïne, Julie Ashton. Évidemment, comme on est dans un mélodrame, on a immanquablement affaire à des histoires d’amour contrariées. Sinon, ça serait trop simple et sans grand intérêt. L’île elle-même, par ses beaux paysages et sa brume ambiante, participent au romantisme de cette œuvre.

lecerclelitt_raire3Avec tant de louanges, que peut-on bien reprocher au film ? Au moins deux choses. Déjà, Mike Newell a pris un minimum de risques en abordant les principaux aspects du livre, sans prendre de liberté et en montrant au spectateur ce qu’il attend d’une adaptation du best-seller. Surtout, Mike Newell s’est bien gardé de privilégier une thématique au détriment d’une autre : on est à la fois dans un drame, un film de guerre, une romance, et même par moments une comédie. Tout est mis au même niveau et empêche au film d’avoir une personnalité propre.

Cela étant, il ne faut pas s’y tromper. Sur plus de 2 heures, Le cercle littéraire de Guernesey constitue une histoire que l’on se plaît à suivre grâce à ses personnages vrais et attachants. Et puis la belle Lily James crève l’écran avec sa classe naturelle, tellement british. Comme le film d’ailleurs.

Si Le cercle littéraire de Guernesey manque un peu d’âme, il n’en demeure pas moins une œuvre classique riche et fondamentalement humaniste. Cela peut même éveiller aux non-lecteurs l’envie de lire ce best-seller.