forevermygirl1Titre du film : Forever my girl

Réalisatrice : Bethany Ashton Wolf

Année
: 2918

Origine
: Etats-Unis
Durée : 1h48

Avec
: Jessica Rothe, Alex Roe

Synopsis
: Le jour de leur mariage, Liam abandonne Josie, son amour de jeunesse devant l’autel… Huit ans plus tard, Liam est devenu une star de la chanson. Quand il apprend la mort d’un ami d’enfance, il quitte sa tournée pour assister aux funérailles. Liam revoit alors Josie pour la première fois depuis la brutale séparation.

Avec son titre tout mignon, Forever my girl semble s’inscrire dans la lignée de nombreuses bluettes sentimentales. Le visionnage du film ne fait que confirmer cette supposition.
Pourtant, les choses débutent par un drame avec Liam, abandonnant la pauvre Josie le jour de leur mariage. Mais la vie offre évidemment une deuxième chance à Liam. Devenu un artiste musical de renom (les filles en sont toutes gaga), Liam va revenir – par le plus heureux des hasards – dans sa ville de natale, loin des paparazzis et fans encombrants.
La réalisatrice Bethany Ashton Wolf, dont c’est le premier long métrage, s’évertue donc à nous brosser le portrait d’une bourgade en Louisiane où l’air de la campagne a visiblement des vertus thérapeutiques puisque tout le monde va à la messe dominicale et soutient son voisin en cas de difficulté. Bethany Ashton Wolf tente maladroitement de surfer sur les classiques du cinéma américain. On songe notamment à l’œuvre de Capra, mais il manque toute la critique économico-politique.

forevermygirl2Ici, pas de héros dans le style de Mr Smith, juste des gens qui s’aimaient, s’aiment et s’aimeront à jamais.

Ne soyons toutefois pas trop dur à l’égard de Forever my girl. Il convient simplement de deviner la cible du film. Il est évident qu’il est destiné aux âmes romantiques, et principalement à un public féminin. Ce dernier pourra sans doute y trouver son compte.
Car reconnaissons-le, la production a mis les petits plats dans les grands. Si la Louisiane a des allures de carte postale, les paysages naturels sont très beaux, avec en particulier cette nature luxuriante. Et puis les vieilles demeures de la bourgade donnent un côté charmant à cette œuvre.
De son côté, si la mise en scène est impersonnelle, elle comporte toutefois plusieurs mouvements de caméra amples, donnant un aspect dynamique à ce long métrage. On est tout de même bien loin de la piètre qualité des téléfilms tournant en boucle les dimanches après-midi.
Et puis il y a les acteurs, choisis clairement en raison de leur physique avantageux. Alex Roe, plutôt habitué aux séries télé (vu également dans La cinquième vague), joue le rôle du beau gosse de service, se rachetant une conduite et tombant (à nouveau) éperdument amoureux de sa dulcinée. Son jeu d’acteur est loin d’être inoubliable mais il fait le job. Le propos pourrait être identique pour la très jolie et radieuse Jessica Rothe, remarquée pour son rôle dans l’excellente comédie horrifique Happy birthdead (2017). On l’a senti plus inspirée mais son personnage n’est pas spécialement bien écrit.

Histoire d’en donner pour son argent aux amateurs de romance, le film n’hésite pas à jouer dans la surenchère de romance. Et c’est peut-être ce qui le rend amusant, voire attachant ! Les spectateurs attentifs pourront aisément constater que Forever my girl marche sur les pas du succès de 50 nuances de grey. A tel point que certaines scènes ont même un air de déjà-vu, comme le coup du voyage en hélicoptère.

forevermygirl3Tout cela manque évidemment de finesse et d’originalité mais le film a tout de même le mérite de remplir son cahier des charges : l’histoire et les acteurs sont à l’avenant, charmants, tout se passe dans une ambiance d’altruisme et d’humanisme. Après tout, dans un monde où la finance est reine et la communication avec son voisin de plus en plus compliquée, pourquoi ne pas s’évader dans un monde factice mais merveilleux ?

En ce sens, Forever my girl constitue une sympathique comédie sentimentale, dont les nombreux défauts seront vus comme un avantage pour les amateurs de romance et d’histoire à l’eau de rose.
En fin de compte, dans cette histoire cousue de fil blanc, laissons les romantiques rêver tranquillement dans leur coin.

Critique parue à l'origine sur le site avoir-alire.com à l'adresse suivante :
https://www.avoir-alire.com/forever-my-girl-la-critique-le-test-dvd