halloween20181Titre du film : Halloween

Réalisateur : David Gordon Green

Année : 2018

Origine : États-Unis

Durée : 1h49

Avec : Jamie Lee Curtis (Laurie Strode), Judy Greer (Karen Strode), Virginia Gardner (Vicky), etc.

FICHE IMDB

Synopsis : Laurie Strode est de retour pour un affrontement final avec Michael Myers, le personnage masqué qui la hante depuis qu’elle a échappé de justesse à sa folie meurtrière le soir d’Halloween 40ans plus tôt.

 

1978-2018 : cela fait tout juste 40 ans que le mythique Halloween (La nuit des masques en français) de John Carpenter est sorti sur les écrans. Le film ayant rencontré un énorme succès, il a connu de nombreuses suites à la qualité passable voire médiocre. On a d'ailleurs touché le fond avec un Halloween 3 (sans Michael Myers!) au scénario débile tournant autour de masques d'Halloween. Rob Zombie s'est attelé à dépoussiérer le mythe en proposant deux films efficaces, à défaut d'être inoubliables.

Dire que l'on attend pas grand chose d'un nouvel opus est presque un euphémisme. Pourtant, cet Halloween cuvée 2018 vaut largement le détour. Le cinéaste David Gordon Green (les comédies Délire express et Baby-sitter malgré lui, mais surtout Joe avec un rugueux Nicolas Cage) a eu la bonne idée de mettre en scène un film respectueux de l'original.

Dans ces conditions, quoi de mieux au demeurant que de faire table rase du passé et de faire comme si ce long métrage constituait la suite directe de La nuit des masques. D'emblée, tout cela sent bon le parfum d'antan : le générique montre ainsi une citrouille (hommage évident au film original) qui se construit progressivement. C'est une façon d'installer dans la tête du spectateur le retour à venir de Michael Myers.

Halloween version 2018 démarre d'ailleurs avec un couple de journalistes venus interviewer Michael Myers, serial-killer toujours aussi énigmatique. Le réalisateur David Gordon Green s'arrange pour ne pas montrer son visage. Par la suite, on le retrouvera affublé de son célèbre masque de tueur.

halloween20183On revient aux sources avec un tueur taciturne qui n'a qu'une chose en tête : tuer. A la manière de John Carpenter dans la version de 1978, David Gordon Green filme des ruelles sombres et alterne plans larges et plans serrés. Il instaure une tension permanente avec un Michael Myers, véritable machine à tuer, pouvant arriver à n'importe quel moment. Sa présence est une façon de signifier que tout la mort rôde.

A ce niveau-là, le film en donne pour son argent au spectateur : les scènes de meurtres sont nombreuses et violentes. On peut même être surpris par la simple interdiction du film aux moins de 12 ans. Car Michael Myers ne fait pas vraiment dans la dentelle, prenant visiblement beaucoup de plaisir à massacrer ses victimes.

Si Michael Myers, incarnation du Mal, constitue un tueur indestructible, l'intérêt du film ne se limite pas à une succession de meurtres. David Gordon Green prend son temps pour installer l'action et pour présenter les différents protagonistes.

Ces derniers ont d'ailleurs pris de l'âge et ont bien évolué. Jamie Lee Curtis reprend son rôle de Laurie Strode. Mais elle n'est plus une héroïne quasi virginale. Si elle est désormais grand-mère, Laurie est une femme traumatisée qui pense constamment à Michael.

Le film est intéressant dans le sens où Laurie est passée du rôle du chassé au chasseur. Elle attend Michael, comme le prouve sa maison sur-protégée et sa garnison d'armes. Hallowen s'emploie à tout mettre en œuvre en vue de la confrontation tant attendue entre Laurie et le célèbre croque-mitaine. Et on ne sera pas déçu par ces retrouvailles !

Entre temps, le film est loin de tourner en rond. Entre les meurtres de Michael Myers, on fait connaissance de la famille de Laurie, notamment sa fille et sa petite-fille, Vicky, sous les feux de la rampe.

Car un retour aux sources ne peut avoir lieu qu'à Haddonfiel, là où 40 ans plus tôt Michael avait commis ses méfaits. Le film fournit quelques clins d’œil aux événements passés, en particulier le meurtre de Judith Myers, la sœur de notre serial-killer. Dans une ambiance tendue comme il faut et où l'humour n'a heureusement pas cours, on ne s'ennuie pas une minute en voyant Michael Myers comme à ses plus belles heures ! Ce monstre est toujours aussi charismatique.

halloween20182Pour lui rendre la pareille, Jamie Lee Curtis est vraiment excellente, tant par son côté déterminé que par sa fragilité due à son trauma. A ses côtés gravite une autre écorchée vive, la fille de Laurie interprétée avec beaucoup de subtilité par Judy Greer. Quant à Virginia Gardner, elle impulse de l'énergie à son personnage virginal, rappelant évidemment celui de Laurie Strode en 1978.

Halloween constitue une suite réussie au film original. Cela n'est pas un hasard si John Carpenter et Jamie Lee Curtis se retrouvent en tant que producteurs exécutifs. En outre, big John a remis au goût du jour le célèbre thème musical avec son fils Cody. Un thème qui fera frissonner les anciens comme les nouveaux spectateurs. Voilà une autre qualité justifiant le visionnage de ce film d'horreur.

Si son scénario ne risque guère de surprendre, Halloween 2018 compense largement ce défaut par de multiples qualités (respect du film original, ambiance bien tendue, mise en scène au diapason, personnages charismatiques, musique prenante), ce qui n'était pas gagné d'avance.