theperfectcandid1Titre du film : The perfect candidate

Réalisatrice : Haifaa Al-Mansour

Année : 2020

Origine : Arabie Saoudite

Durée : 1h59

Avec : Mila Alzahrani, Dae Al Hilali, Khalid Abdulrhim, etc.

FICHE IMDB

Synopsis : Maryam est médecin dans la clinique d'une petite ville d'Arabie saoudite. 
Alors qu'elle veut se rendre à Riyad pour candidater à un poste de chirurgien dans un grand hôpital, elle se voit refuser le droit de prendre l’avion.Célibataire, il lui faut une autorisation à jour signée de son père, malheureusement absent.  Révoltée par cette interdiction de voyager, elle décide de se présenter aux élections municipales de sa ville. Mais comment une femme peut-elle faire campagne dans ce pays ?

 

La cinéaste saoudienne Haifaa Al-Mansour avait dressé un état des lieux de son pays avec son premier long métrage, Wadjda, sorti en 2013. Sept ans plus tard et après avoir filmé d’autres longs métrages (Mary Shelley notamment), son nouveau film a été tourné en Arabie Saoudite.

 

Il s’intéresse cette fois au personnage de Maryam, une jeune femme médecin, qui ne peut pas prendre l’avion car elle ne bénéficie pas d’une autorisation électronique de son père, son responsable légal. Les circonstances vont alors l’amener – de manière inattendue (mais c’est tout l’objet du film) à se présenter aux élections municipales dans sa ville.

Comme on peut fortement s’en douter, la réalisatrice Haifaa Al-Mansour effectue une radiographie de la société saoudienne. Et sur ce plan, en tant qu’occidental, on constate que l’égalité femme-homme (prônée en France et dans d’autres pays) est encore à un état embryonnaire. La société saoudienne est profondément marquée par le patriarcat.

theperfectcandid2D’ailleurs, une des premières scènes est révélatrice de l’état d’esprit dans ce pays avec ce vieil homme refusant de se faire soigner par Maryam car c’est une femme. On comprend ainsi que le chemin risque d’être long avant de faire changer les mentalités… D’autant que si aucune loi en Arabie Saoudite impose le port du niqab, on constate aisément le poids de la culture. Dans les lieux publics, les femmes sont constamment voilées.

Cela étant dit, Haifaa Al-Mansour croit en un avenir meilleur et plus favorable aux femmes. Le combat de Maryam lors de ces élections municipales est celui de toutes ces femmes qui aspirent à s’émanciper. Loin de se lancer dans une démonstration manichéenne (les hommes ne sont pas tous machistes et opposés aux femmes), Haifaa Al-Mansour s’appuie sur deux registres : l’humour et l’émotion. Elle utilise à plusieurs reprises l’humour pour constater l’incongruité et la stupidité de situations et de stéréotypes ayant la dent dure. La scène où la sœur de Maryam la filme alors que l’on aperçoit qu’une silhouette non identifiable prouve le côté ridicule de la situation. On peut être tout autant amusé - et dépité - lorsque Maryam effectue un meeting destiné uniquement à des hommes. Elle est située dans une tente juste à côté mais elle ne peut pas leur parler directement. Alors elle profite des nouvelles technologies en effectuant une visio-conférence…

Le ton humoristique est d’autant plus pertinent qu’il permet d’évoquer des choses graves sans jouer sur le registre du drame.

La cinéaste Haifaa Al-Mansour se pose comme une pionnière, cherchant à faire évoluer les mentalités dans un pays où chaque petit pas effectué est en fait une grande victoire. C’est la même chose pour qui Maryam souhaite la création d’une route goudronnée pour sécuriser l’accès à la clinique où elle travaille.

theperfectcandid3The perfect candidate fait aussi passer son message en jouant sur l’aspect émotionnel. Maryam n’est pas spécialement issue d’une famille aisée mais elle est issue d’une famille que l’on peut qualifier de progressiste. Son père est musicien, sa mère décédée était une chanteuse et l’une de ses sœurs gagne sa vie en filmant des mariages et des fêtes. Cette famille est soudée et finit par accepter la candidature de Maryam. La relation entre les trois sœurs est bien rendue, tout comme celle entre ce père libéral et ses filles. Il y a du respect et de l’amour entre ces gens qui est retranscrit à l’écran avec beaucoup de finesse, d’intelligence.

Quelques mots sur la distribution. Les acteurs sont tous épatants de naturel. Mention spéciale à l’actrice Mila Alzahrani, excellente dans le rôle de Maryam, une femme forte déterminée à faire bouger les lignes. Dans le rôle du père, Khalid Abdulrhim est également remarquable. Il incarne à merveilleun homme calme ayant à cœur que les artistes soient reconnus dans son pays.

Avec The perfect candidate, Haifaa Al-Mansour signe une œuvre féministe,politique et sociétaletrès convaincante. La bienveillance de son approche en fait un film hautement recommandable.