ego1Titre du film : Ego

Réalisatrice : Hanna Bergholm

Année : 2022

Origine : Finlande

Durée : 1h26

Avec :‎ Siiri Solalinna, Sophia Heikkilä, Jani Volanen,etc.

Editeur : The Jokers Entertainment (site internet, facebook, twitter)

En Blu-Ray et DVD le 27 avril, ainsi qu'en VOD

Synopsis : Tinja a 12 ans. Sa mère la pousse à faire de la gymnastique, exerçant sur elle un perfectionnisme malsain. Une nuit, la petite fille va faire la découverte d’un œuf bien étrange, qu’elle va cacher, puis couver. Jusqu’à l’éclosion d’une inquiétante créature…

 

ego3Pour son premier long métrage, la cinéaste finlandaise Hanna Bergholm s’est directement fait remarquer, en obtenant il y a quelques semaines le grand prix du festival du film fantastique de Gérardmer.

Il faut dire que Ego est un film insolite et riche sur le plan thématique qui a le mérite de mélanger habilement les genres. On est tout à la fois dans la critique sociale, le film d’horreur, la comédie voire même la farce.

La réalisatrice est d’ailleurs très à l’aise pour se moquer de notre société actuelle. Pour ce faire, rien de tel que de décrire un microcosme avec une famille apparemment sans histoires. Une belle maison dans un quartier résidentiel comprenant des extérieurs joliment entretenus et décorée à l’intérieur avec goût. Dans cette maison la famille idéale : les parents et deux jeunes enfants. La mère de famille, accro aux réseaux sociaux, alimente un blog en filmant son quotidien dans une rubrique sobrement intitulée « Notre super vie. » Histoire de bien vendre son contenu, elle a toujours le sourire aux lèvres.

Evidemment, le tableau est trop beau pour être vrai et si on gratte le vernis, l’ensemble se fissure rapidement. La mère de famille, ancienne patineuse artistique, exige la perfection de sa fille de 12 ans, Tinja, en étant proche de la tyrannie. Et comme madame n’est pas du genre à être pris par des remords, elle a un amant qu’elle ne cherche pas bien longtemps à dissimuler. Quant au mari, il fait preuve d’une lâcheté évidente et le fils se caractérise par une jalousie maladive.

Le film n’aurait pas grand intérêt s’il se contentait d’évoquer la différence entre le contenu diffusé sur internet par la mère de famille et la réalité intime.

ego2Ego, que l’on peut traduire comme la représentation que l’on a de soi-même, se focalise sur la jeune Tinja qui ramène chez elle un œuf qui ne va cesser de grandir, avant d’éclore et de muter en une créature inattendue. Le film entretient savamment le suspense jusqu’au bout. On ne comprend pas immédiatement où la réalisatrice veut en venir et comment cela va se finir.

En tout cas, il est évident que Ego comporte plusieurs métaphores autour du passage de l’enfance à l’adolescence, avec l’évolution attendue de Tinja. On peut d’ailleurs prendre le film au pied de la lettre ou avoir une interprétation plus psychologique des choses. Après tout, si cet œuf et son contenu n’avaient jamais existé ? Libre à chacun de se faire sa propre opinion.

Sous ses dehors de comédie noire marquée par quelques scènes horrifiques, Ego se révèle bien plus subtil qu’il n’y paraît. Et la réussite de ce long métrage tient évidemment à l’excellence de l’interprétation. La jeune Siiri Solalinna, dans un rôle difficile, est épatante de naturel. Elle nous fait ressentir ses émotions qui sont à l’origine de tout. Mention spéciale pour Sophia Heikkilä qui interprète à merveille le personnage manipulateur de la mère.

Nanti d’une excellente réputation, Ego mérite clairement ses critiques positives. Gageons qu’elles lui permettent d’obtenir également un succès public. Avec ce coup d’essai parfaitement réussi, la cinéaste Hanna Bergholm est désormais à suivre de près.

 ego4Caractéristiques du blu ray édité par The Jokers Entertainment :

L’image : Une image très belle permettant d’apprécier les nombreuses séquences diurnes du film. Qui a dit que les films d’horreur avaient forcément lieu la nuit ? L’horreur sociale se vit dans le quotidien de tout un chacun.

Le son : Un son en DTS-HD 5.1 ou 2.0 très bien réparti dans l’espace, apportant un plus au film.

Les compléments : Peu de choses. Outre la bande annonce du film, on a droit à un court making-of (10mn57). La cinéaste revient sur les origines du film, avec un projet qui remonte à 2014. Au départ, le principal protagoniste devait être un garçon mais la réalisatrice a préféré privilégier le rapport mère/fille. On apprend également dans ce making-of quelques informations au sujet des personnages, qui sont entrecoupées par des extraits du film.

 

Lien vers la fiche Cinetrafic du film :

https://www.cinetrafic.fr/film/64620/ego