cérémoniem2Titre du film : Cérémonie mortelle

Réalisateur : Howard Avedis

Année : 1983

Origine : Etats-Unis

Durée : 1h32

Avec : Mary Beth McDonough, David Wallace, Bill Paxton, Christopher George, Lynda Day George, etc.

Editeur : Rimini Editions

En édition collector blu ray + DVD + livret le 21 octobre 2022

Synopsis : Christie Parson est hantée par la mort de son père, noyé dans une piscine. Elle est certaine qu'il s'agissait d'un meurtre, contrairement à sa mère, qui croit à un simple accident. Bientôt, elle se rend compte que quelqu'un la surveille nuit et jour, un inquiétant rôdeur vêtu de noir, qui semble lié à la morgue locale, théâtre d'étranges cérémonies...

Mortuary, titre original de Cérémonie mortelle, n’a rien à voir avec le film du même nom réalisé par Tobe Hooper en 2005. Il s’agit ici d’un slasher de 1983, genre très en vogue à l’époque, surfant sur le succès des Halloween (1978), Vendredi 13 (1980) et consorts.

Cérémonie mortelle constitue le premier film d’horreur de Howard Avedis, cinéaste peu connu en France, ayant pourtant plusieurs films à son actif. Sans doute conscient que le slasher est alors un sous-genre archétypal et totalement attendu, Howard Avedis fait le choix de jouer sur plusieurs tableaux. On assiste ainsi à une œuvre protéiforme mélangeant spiritisme, slasher et scènes humoristiques de haute voltige. Voilà qui permet d’éviter le copier-coller du slasher de base.

cérémoniem3Ce long métrage est plutôt bien rythmé et se découvre avec un certain plaisir. Il démarre d’ailleurs tambour battant avec un premier meurtre au bout de seulement une minute ! Afin d’apporter un peu d’originalité dans son slasher, Howard Avedis l’agrémente de séances de spiritisme (satanisme?) pour le moins étonnantes. Le tueur fait-il partie de cette bande d’illuminés ? Après tout, pendant une bonne partie du film, on est à la recherche de l’identité du tueur. Bien avant Scream, ce dernier porte un masque étrange et une cape noire ce qui lui donne un look particulier. Et puis on apprécie également la caméra en vue subjective lorsque le tueur rôde, même si ce procédé avait été utilisé initialement dans le Halloween de Carpenter.

Howard Avedis sait évidemment que Cérémonie mortelle est destiné avant tout aux adolescents. Il remplit ainsi son cahier des charges avec un zeste d’érotisme. On ne restera pas de marbre devant les actrices que l’on voit à plusieurs reprises en nuisette. Et puis quelques scènes de nudité ne sont pas désagréables à regarder.

Avec le recul aujourd'hui, les nostalgiques apprécieront que le film soit foncièrement ancré dans les années 80. Tout rappelle cette époque, les patinoires, les voitures, ou encore les coiffures des protagonistes nous feraient oublier qu’il y a eu un avant covid où l’on pouvait s’amuser librement!

Dans son registre, Cérémonie mortelle reste malgré tout assez sage, avec un nombre de meurtres limité. Même s’il n’est pas toujours captivant, ce film parvient à instiller par moments une véritable ambiance, qu’il s’agisse dans la maison de l’héroïne (notamment les abords de la piscine lorsque celle-ci déambule la nuit) ou dans l’entreprise de pompes funèbres, où il se passe visiblement des choses peu recommandables...

Dans ce slasher divertissant, le meilleur est atteint lors de son final incroyable. Même s’il copie allègrement certaines idées d’un autre slasher, Happy birthday to me (1980), il n’empêche que l’on assiste à une séquence inoubliable, justifiant quasiment à elle seule de voir ce film.

Ah pas tout à fait, il y a aussi la présence d’un jeune Bill Paxton. Il a droit au rôle le plus déjanté. L’acteur en fait des tonnes mais cela donne finalement un certain cachet à ce long métrage. Certaines scènes sont rocambolesques et c’est tant mieux. Au moins on n’a pas le temps de s’ennuyer !

En synthèse, Cérémonie mortelle est à prendre pour ce qu’il est : un petit slasher sympathique qui ose se démarquer du tout-venant en faisant preuve d'un peu plus d'imagination.

cérémoniem1

Caractéristiques du blu ray édité par Rimini Editions :

L’image : une copie très belle et propre. On découvre ce slasher, jamais édité en France, dans de bien belles conditions.

Le son : un DTS-HD 2.0 de très bonne facture tant en anglais (avec sous-titres français) qu’en français. Le doublage français d’époque est fort sympathique par son côté « old school », renforçant l’aspect nostalgique de l’ensemble.

Les suppléments : Un seul bonus (hormis le film-annonce) mais de grande qualité. Il s’agit d’un entretien avec Gilles Penso intitulé « Secrets d’embaumement » (21mn54). Dans cette interview récente, enregistrée le 20 juillet 2022, le critique et cinéaste revient longuement sur le film et ses à-côtés. Voilà un complément idéal au film puisque l’on apprend de nombreux détails relatifs au réalisateur, aux acteurs, à la musique du film et évidemment à tout ce qui fait l’intérêt de Cérémonie mortelle.