lesémo1Titre du film : Les émotifs anonymes

Réalisateur : Jean-Pierre Amérys

Année : 2010

Origine : France

Durée : 1h20

Avec : Benoît Poelvoorde (Jean-René), Isabelle Carré (Angélique), etc.

FICHE IMDB

Synopsis : Jean-René, patron d’une fabrique de chocolat, et Angélique, chocolatière de talent, sont deux grands émotifs. C’est leur passion commune pour le chocolat qui les rapproche. Ils tombent amoureux l’un de l’autre sans oser se l’avouer. Hélas, leur timidité maladive tend à les éloigner.


Réalisé par Jean-Pierre Améris, Les émotifs anonymes est comme son titre l'indique un film sur les émotifs. Et le cinéaste sait précisément de quoi il parle étant donné qu'il en est lui-même un.

Pour aborder ce sujet qui peut être problématique pour ceux qui sont particulièrement émotifs, le réalisateur français a choisi de l'aborder par le ton de la comédie. Et il a décidé de marier là-dessus une histoire romantique. Pour jouer les rôles principaux, deux acteurs chevronnés et de grande qualité ont été retenus : Benoît Poelvoorde interprète Jean-René le chef d'une entreprise de chocolaterie qui vivote alors qu'Isabelle Carré joue pour sa part Angélique, une chocolatière de grand talent.

lesémo2Évidemment, avec de tels rôles, on comprend aisément que ces deux personnes vont être amenées à se rencontrer. Jean-Pierre Améris a la bonne idée de tirer parti du fait que ses deux personnages principaux sont émotifs pour apporter un peu d'originalité dans un genre, la comédie romantique, extrêmement balisée.

Ainsi, Jean-René se révèle assez peu avenant lors de la première rencontre avec Angélique car il a peur des gens et notamment des femmes, alors qu'Angélique cache le fait qu'elle est un grand chef, pour ne pas perdre tous ses moyens.

Pour se guérir de son émotivité ou en tout cas pour mieux vivre avec, chacun a son truc. Angélique va dans des rencontres d'émotifs anonymes (c'est d'ailleurs par là que débute le film), que l'on ne trouve en France que dans des villes très importantes. Le système est le même que pour résoudre d’autres maux comme celui de l'alcool par exemple. Chacun évoque ses soucis devant d'autres personnes rencontrant le même problème. En dehors de ça, Angélique se répète qu'elle a « quand même confiance » en elle.
De son côté, Jean-René déteste répondre au téléphone car il ne sait pas qui va être à l'autre bout du fil. Ses moyens pour vaincre son émotivité sont le fait d'écouter des cassettes et surtout d'aller voir un psychanalyste qui lui propose des solutions opérationnelles pour mieux vivre au quotidien sa timidité maladive. Une de ses citations exprime plutôt bien sa pensée : « Je n'ai pas de problèmes avec les femmes, elles me terrorisent, c'est tout. »

Les situations de timidité de l'un et de l'autre donnent lieu à certaines scènes amusantes, comme le fait qu'Angélique fait passer ses créations en matière de chocolaterie derrière celles d'un soi-disant ermite afin de ne pas être sur le devant de la scène. De son côté, Jean-René laisse carrément en plan Angélique lors d'un repas au restaurant, n'arrivant pas à se sentir à l'aise.

lesémo3Même si l'émotivité est au cœur de ce film, on regrettera tout de même qu'elle soit traitée de manière superficielle, voire carrément caricatural par instants. Le fait d'en faire des tonnes (les employés qui pressent leur patron et l'accompagnent pour retrouver Angélique) finit par desservir le film.

C'est dommage car les deux acteurs, Benoît Poelvoorde et Isabelle Carré sont plutôt bons et ne sont nullement à remettre en cause. Au contraire. Si le film s’en sort, c'est grâce à leur charisme et à leur interprétation.

Côté mise en scène rien de marquant n’est à signaler. En revanche, la photographie a été bien travaillée, de telle manière que l'on a l'impression d’un film atemporel. Il a un petit suranné qui est agréable et lui donne un charme certain. Le thème du chocolat apporte lui aussi une vraie gourmandise à ce long métrage plein de bons sentiments.
Côté charme, on ne pourra d'ailleurs qu'être conquis par la superbe déclaration d'amour que fait Jean-René à Angélique lors d'une rencontre d'émotifs anonymes.

Au final, Les émotifs anonymes est un film sympathique qui aurait mérité de traiter avec plus de sérieux le thème de l'émotivité. D'autant que le scénario comporte peu
de surprises et se déroule comme on aurait pu aisément l'imaginer. Les acteurs de ce long métrage sont heureusement là pour permettre au spectateur de passer somme toute un bon moment.