splice1Titre du film : Splice

Réalisateur : Vincenzo Natali

Année : 2010

Origine : Etats-Unis

Durée du film : 107 minutes

Avec : Sarah Polley (Elsa), Adrien Brody (Clive), Delphine Chaneac (Dren), etc.

FICHE IMDB

Synopsis : Deux scientifiques renommés réussissent à combiner l'ADN de différentes espèces animales pour obtenir d'excellents résultats. Ils décident ensuite de créer un être mi-homme, mi-animal.

 

Après s'être fait connaître notamment par un certain Cube (1999) qui bénéficiait d'un scénario astucieux mais qui finissait par tourner en rond, Vincenzo Natali nous revient en 2010 avec un certain Splice.
Le synopsis nous amène dans le quotidien de deux chercheurs, Elsa et Adrien Brody, qui ont réussi à croiser l'ADN de deux espèces animales différentes, en vue de créer des vaccins pour soigner diverses maladies. Les gastéropodes Ginger et Fred (clin d'oeil à Fellini) qui ont été créés donnent envie à Elsa et Clive d'aller plus loin. Dans une totale illégalité, car leur hiérarchie leur interdit, ils réussissent à croiser de l'ADN animal avec de l'ADN humain : cela donne naissance à Dren, une créature à forme humaine qui se développe à vitesse grand V.

splice3Avec un film qui traite des dangers de la science, Splice n'est pas sans rappeler l'oeuvre horrifique de David Cronenberg et principalement La mouche. Ce dernier film marquait le croisement entre un homme et une mouche. Ici, le cas de figure est identique puisque Dren est un être mi-homme mi-animal.
Seulement, dans La mouche, Seth Brundle n'a pas choisi de fusionner avec la mouche. Dans Splice, Elsa et Clive ont délibérément créé une nouvelle espèce, en dépit des dangers que cela pouvait comporter et en dépit de toute notion d'éthique. Le cinéaste Vincenzo Natali livre un film efficace et très prenant où l'on suit l'évolution de Dren et ses relations avec le duo constitué d'Elsa et de Clive.


Grâce à une très belle photographie tant dans le laboratoire que dans le refuge ou dans les quelques extérieurs du film, Vincenzo Natali convie le spectateur pendant plus d'une heure 45 à une fascinante immersion dans cet univers. D'abord, on reste particulièrement intéressé par l'évolution de Dren qui ressemble de prime abord à un animal avant que l'aspect humain ne semble de plus en plus présent. Ensuite, ce sont les rapports entre Dren et le duo Elsa et Clive qui attirent l'attention. Dans le rôle de Dren, Delphine Chaneac est excellente en exprimant de multiples émotions, sans avoir recours à la moindre parole. Tantôt elle fait preuve d'un véritable pouvoir d'attraction (jusqu'à une vision très sexuelle des choses) sur ses géniteurs et principalement Clive, tantôt elle convie à une certaine répulsion, notamment quand son aspect animal reprend le dessus.

Sans avoir l'air d'y toucher, Splice comporte plusieurs scènes bien gore. La plus marquante reste sans doute l'exposition au grand public de Ginger et Fred qui ne se passe pas comme prévu et se termine dans un véritable bain de sang. La fin du film ne fait pas non plus dans la demi-mesure avec des morts en pagaille.
L'échec de l'expérience Ginger et Fred mais aussi le revirement très inattendu de Dren (être polymorphe qui va connaître une sacrée évolution d'ici la fin) sont aussi là pour étayer les dangers de la science. Avant de vouloir donner lieu à une nouvelle espèce, il convient de s'assurer de certaines choses.

splice2Le film est également intéressant par l'importance donnée à la procréation. Elsa ne veut pas avoir d'enfant mais elle est fascinée par le fait de créer un nouvel être. Elle est tout aussi intéressée par le fait d'éduquer cet être inconnu comme un être humaine. La conclusion du film n'est pas non plus anodine puisqu'elle donne d'une part l'occasion à Vincenzo Natali de faire une suite à son film et que d'autre part elle rappelle de manière claire et nette le film La mouche.
Bénéficiant d'une intrigue très prenante, même si on se doute que tout cela ne peut pas se terminer bien, Splice est un film de science-fiction intelligent qui pose de vraies questions sur notre société contemporaine, comme l'avait déjà fait à son époque le film La mouche (où de manière sous-jacente était évoquée la question du sida).

Du côté de la distribution, si la composition d'Adrien Brody n'est pas vraiment marquante et se révèle même un peu fade, en revanche les deux principaux rôles féminins joués par Sarah Polley et Delphine Chanéac contribuent à délivrer une vraie intensité émotionnelle à ce long métrage.

On soulignera également la qualité des effets spéciaux. L'être hybride qui est créé de toutes pièces fait plus vrai que nature et Dren à l'état adulte est parfaitement crédible. On y croît et c'est ce qui fait que l'on peut se passionner pour ce film.
Le seul défaut que l'on pourrait trouver à Splice est en fin de compte un final trop long et qui abuse de la carte de la surenchère.

Cela n'entache pas le plaisir que l'on a à voir ce film fantastique qui pose de vraies questions, dans la droite lignée de l'oeuvre horrifique d'un David Cronenberg. Sans conteste, Splice est la première grande réussite de Vincenzo Natali.