laviedomestique

Titre du film : La vie domestique

Réalisatrice : Isabelle Czajka

Date de sortie : 2 octobre 2013

Origine : France

Durée : 1h33

Avec : Emmanuelle Devos (Juliette), Julie Ferrier (Betty), Natacha Régnier (Marianne), Héléna Noguerra (Inès), Marie-Christine Barrault (Nicole), Laurent Poitrenaux (Thomas), etc.

Synopsis : L'espace d'une journée, on suit la vie de mères au foyer.

 

Avec son nouveau film, La vie domestique, la cinéaste Isabelle Czajka signe un film engagé, où elle entend signifier au public ce que la femme d'aujourd'hui vit dans son quotidien.

On sent d'ailleurs dès le départ que les femmes vont être au coeur des préoccupations de ce long métrage. En effet, au début du film on voit le nom de l'actrice principale, Emmanuelle Devos, ensuite le titre du film, puis le nom des autres actrices et seulement après le nom des acteurs. C'est une manière simple mais efficace de faire comprendre que la femme va être non pas le deuxième sexe, mais le coeur du sujet.

Le film d'Isabelle Czajka n'a d'autre but que d'indiquer que la plupart des femmes doivent faire face à ce qu'elle appelle la vie domestique : “ce n’est pas la vie amoureuse, ce n’est pas la vie conjugale, ce n’est pas la vie familiale, c’est la vie domestique, c’est à-dire comment justement les femmes finalement endossent de façon insidieuse, sournoise, sans qu’on les y oblige forcément, toutes ces petites choses du quotidien, ces choses qui sont à faire. Les femmes deviennent alors leur propre bourreau."

Pour étayer son propos, Isabelle Czajka va porter notre attention sur une femme, Juliette, qui dispose d'un solide bagage intellectuel, et qui a fait “le choix” de rester à la maison alors qu'elle était il y a encore peu de temps professeur.

Juliette vit avec son mari, proviseur dans un lycée, et ses deux enfants dans une ville résidentielle en région parisienne.

Elle pourrait se croire libre par sa situation. Mais cela n'est absolument pas le cas. Elle doit faire face à deux choses qui l'agacent au plus haut point : les préjugés et cette fameuse vie domestique.

laviedomestique3

Sur le premier point, les préjugés, Juliette ne peut que constater que de nombreuses personnes (principalement des hommes) la considèrent comme une simple femme au foyer. Elle est là pour s'occuper de ses enfants.

La première scène du film est d'ailleurs très riche d'enseignements, avec cette soirée organisée chez une connaissance professionnelle du mari de Juliette qui n'a de cesse d'avoir des propos misogynes.

Pour cet homme odieux, la femme n'arrive qu'en deuxième position derrière l'homme. Il se moque de la réglementation, et notamment du fait que la femme a droit, si elle souhaite, à un congé parental. Il déclare ouvertement qu'il ne se gênera pas pour licencier une femme si elle fait le choix d'élever un enfant pendant plusieurs mois au lieu de retourner au travail. Au-delà du côté révoltant du discours de cet homme, cela est tout de même caractéristique d'une société où la femme n'est pas mise sur un pied d'égalité avec l'homme.

Ce qui nous amène au second point, cette vie domestique. Juliette ne vit pas à Paris, mais en banlieue parisienne. Cela lui permet d'avoir une maison, un jardin, d'emmener les enfants à l'école sans prendre le métro ou le RER. Elle jouit d'un confort matériel mais elle doit faire des tâches ménagères qui ne préoccupent absolument pas son mari.

La réalisatrice Isabelle Czajka a eu la bonne idée de suivre plusieurs femmes, Juliette et plusieurs de ses voisines, sur l'espace d'une journée pour montrer les tâches qu'elles effectuent.

Au réveil, on aperçoit le mari de Juliette, Thomas, qui est en forme et assez optimiste sur sa journée. A l'inverse, Juliette est inquiète en raison des nombreuses tâches qui l'attendent. Et pour cause, son programme est loin d'être sympathique : préparation du petit déjeuner, vaisselle, ménage, lessive. Et tout cela sans compter qu'il faut emmener les enfants à l'école et s'occuper d'eux quand ils reviennent de l'école. Evidemment, pour couronner le tout, il y a le repas à préparer car le mari rentrant tard, il n'a pas le temps pour ces tâches “domestiques”.

On a beau dire que la femme actuelle est libre, il n'empêche qu'à partir du moment où elle forme un couple avec l'homme, elle est victime du poids de l'histoire, de l'éducation, des us et coutumes.

Il est bien difficile de s'affranchir de tous ces éléments. A cet égard, on appréciera l'analyse très lucide de la mère de Juliette qui lui explique qu'elle a toujours couru après ses rêves et n'a jamais pu les réaliser, devant s'occuper de ses enfants et de ses multiples tâches ménagères. Comme elle le dit clairement, le fait d'avoir des enfants ne change rien pour l'homme puisque c'est principalement la femme qui s'en charge.

Pour sortir de ce cercle vicieux, une possibilité pourrait être de travailler. Mais le film indique bien que Juliette a de sérieuses difficultés à trouver un emploi au regard de sa situation personnelle, et même en amont à se dégager du temps pour un entretien d'embauche;

laviedomestique2

Dès lors, un des seuls choix qui s'offre à elle est de fréquenter d'autres femmes qui vivent un quotidien identique. Si leur passé est différent, si elles proviennent de classes sociales hétérogènes, ces femmes ont une vie qui se ressemble.

Elles ont toutes des maris qui travaillent et sont de fait considérés comme les personnes motrices du couple. Les femmes apparaissent au second plan et sont pourtant celles qui se chargent des différentes tâches journalières.

Le film peut rappeler par certains aspects la série Desperate housewives, même si ici le quotidien de ces femmes n'a rien d'extraordinaire ni de piquant. Leur vie paraît quelque peu morne, à l'image des soirées organisées qu'elles peuvent passer ensemble, avec leurs époux, qui n'ont rien de sympathique et se limitent à évoquer les professions de leurs maris.

Le constat de femmes qui font face à cette vie domestique, est donc bien réel. La mine attristée et pensive de Juliette à la toute fin du film, l'évoque clairement.

En plus de sa thématique très riche, le film peut compter sur un excellent casting. Emmanuelle Devos campe avec brio le personnage de Juliette. Autour d'elle gravitent plusieurs actrices de talent, en particulier Julie Ferrier et Natacha Régnier.

Voilà donc un film engagé et riche sur le plan sociétal, qui mérite amplement d'être vu.