thedayTitre du film : The day

Réalisateur : Douglas Aarniokoski

Date de sortie : 2013 (en DVD)

Origine : Canada

Durée : 90 minutes

Avec : Ashley Bell (Mary), Dominic Monaghan (Rick), Shannyn Sossamon (Shannon), Shawn Ashmore (Adam), Cory Hardrict (Henson), etc.

FICHE IMDB

Synopsis : Dans un monde post-apocalyptique, un groupe de cinq personnes erre, à la recherche d'un endroit stable, pour assurer sa survie.

 

Le film post-apocalyptique commence à devenir un sous-genre du film d'horreur de plus en plus mis en scène. On peut même dire que l'on est proche de la saturation. Surtout que la qualité n'est pas toujours au rendez-vous. A côtés de nombreuses déceptions, il y a quelques films de qualité, comme récemment Stake land.

Reste à savoir ce que vaut The day de Douglas Aarniokoski. Sans renouveler le genre ou à tout le moins sans apporter un film de très haut niveau, The day est à classer dans la série des satisfactions.

Pourtant, le démarrage du film fait quelque peu peur. On commence d'abord avec une scène inaugurale qui copie allègrement sur 28 semaines plus tard avec une caméra qui s'agite dans tous les sens.

Le scénario ne fait pas non plus dans l'originalité. Sans qu'aucune explication ne nous soit donnée, on comprend que le monde actuel a changé depuis dix ans. On suit plusieurs personnages qui sont seuls sur les routes. Ils sont fatigués et certains ont même l'air malades. La photographie qui fait penser à du sépia renforce le côté sombre du film. Ces gens sont armés et très vigilants dans leurs déplacements. Tout cela n'est pas mal fait mais cela rappelle étrangement le scénario initial de La route de John Hillcoat, qui est sorti au cinéma en 2009.

theday2La suite du film reproduit à sa façon La nuit des morts-vivants de George A. Romero. D'ailleurs, tout le reste de ce long métrage fait clairement référence au chef d'oeuvre de Romero. Les protagonistes s'introduisent dans une maison abandonnée et ils restent particulièrement sur leurs gardes. Le réalisateur n'ayant manifestement pas un budget très important, il joue avant tout sur l'aspect mélancolique en montrant des personnages qui regrettent leurs êtres chers perdus et leur vie passée. Tout cela ne sonne pas faux mais il faut bien reconnaître qu'il ne se passe pas grand chose. Surtout que dans le film les scènes d'action, pas très réussies au demeurant, sont relativement rares.

En fait, il faut attendre une demi-heure et l'arrivée des ennemis pour que le film se lance vraiment. A partir de ce moment-là, le film prend une certaine ampleur. D'abord, parce que les ennemis ne sont pas des zombies de base comme habituellement. Non, cette fois il s'agit d'humains (en tout cas ils en ont l'apparence) qui sont devenus des cannibales. On est dans un monde chaotique où c'est la loi de la jungle et où le but est de survivre.

Ce qui distingue les hommes des autres est le fait que certains refusent ce cannibalisme alors que d'autres s'y sont rangés.

Ensuite, un autre intérêt du film, et c'est même sa grande qualité, c'est qu'il y a un cannibale qui a intégré le groupe et sa personnalité va se révéler plus subtile que prévu. D'ailleurs, alors que les personnages sont plutôt caricaturaux au départ, ils s'affinent progressivement et deviennent même intéressants au fur et à mesure que le film avance.

De même, les acteurs tiennent largement la route. On appréciera particulièrement la prestation de Dominic « Merry » Monaghan qui prouve qu'il peut faire autre chose que jouer dans Le seigneur des anneaux. Mieux encore, la performance d'Ashley Bell, qui campe une jeune femme particulièrement déterminée, est marquante.

Au final, The day est handicapé par un manque de rythme initial et par le fait qu'il surfe sur la vague des films post-apocalyptique, quand il n'est pas carrément ultra référentiel. Cela étant, ce film comporte suffisamment de qualités qui font de lui un long métrage qui mérite d'être vu. Il aurait largement pu mériter une sortie en salles.

theday3