mistify_documentaireTitre du film : Mystify Michael Hutchence

Réalisateur : Richard Lowenstein

Année : 2019

Origine : Australie

Durée : 1h48

Avec : Michael Hutchence, Kylie Minogue, etc.

FICHE IMDB

Synopsis : Sophistiqué et chaleureux mais aussi timide et fragile, Michael Hutchence, chanteur du groupe INXS, célèbre dans les années 80/90, a personnifié la définition même du performer à l’attraction sexuelle magnétique. Mystify est un portrait intime de la rockstar réalisé à partir d’images d’archives rares ou inédites et de témoignages de ses proches, des membres du groupes ainsi que de ses compagnes Kylie Minogue, Elena Christensen et Paula Yates.


C
ritique : Michael Hutchence est l’auteur, compositeur et chanteur du mythique groupe INXS. On lui doit des hits immortels tels que Original sin (1983), Never tear us apart (1987) ou encore Suicide blonde (1990). Le 22 novembre 1997, il est retrouvé mort dans une chambre d’hôtel à Sidney. Plus de vingt ans après sa mort, le réalisateur australien Richard Lowenstein a décidé de lui consacrer un documentaire Mystify Michael Hutchence. Ami proche de la star, Lowenstein a réalisé plusieurs clips pour INXS et U2.

Richard Lowenstein est sans conteste la personne la plus à même de faire un documentaire sur Michael Hutchence. Il dispose visiblement d’un nombre conséquent d’images et vidéos inédites sur son ami. Il choisit de décrire la vie de Michael Hutchence en évoquant sa carrière de chanteur (son ascension puis sa chute) et en parallèle les femmes qui ont compté pour lui. On voit Michael Hutchence d’abord avec Michele Bennett, son premier grand amour. Puis on observe sa relation avec la chanteuse Kylie Minogue. Ensuite le chanteur se retrouve avec le mannequin Helena Christensen. La période la plus sombre de sa vie se déroule avec la controversée Paula Yates.

MYSTIFY_MHHC_1991_ParisApt02_credit_GregPerano_GPIl manque clairement un fil directeur fort puisque les événements sont simplement relatés de manière chronologique. Toutefois, le réalisateur compense cela par des images personnelles rares de Michael Hutchence avec ses proches. A de nombreuses reprises, le documentaire se pare d’extraits de vidéos tournées par Hutchence lui-même ou par ses compagnes. On a vraiment l’impression d’entrer dans le quotidien de cette immense star. On apprend par exemple avec amusement sa passion pour l’art, et notamment pour des auteurs Français (Cocteau, Camus). Et aussi son amour pour la France !

Le documentaire étant tourné par un proche de Hutchence, il n’hésite pas à jouer sur la fibre émotionnelle. Les ex de Michael Hutchence et ses proches évoquent le passé avec beaucoup de nostalgie. Mine de rien, même si le montage est forcément orienté, on est tout de même touchés à plusieurs reprises. On songe notamment aux propos de Kylie Minogue, lorsqu’on la voit croquer la vie à pleine dents avec la star d’INXS. On notera que le réalisateur prend le parti très original d’utiliser le son d’entretiens qu’il a conduit avec les proches d’Hutchence, sans montrer à ce moment leurs visages.  Ce choix audacieux – et un peu perturbant au début puisque le documentaire est en VOSTF – casse la routine de documentaires alternant de façon monotone des entretiens.Ce procédé accroît le côté sensible de l’œuvre. Cela donne l’impression d’un paradis perdu.

Mystify Michael Hutchence a également le mérite d’aborder les questions moins glamour du chanteur. Il était visiblement très friand (comme souvent dans ce milieu) de drogue, de sexe et d’alcool. Le documentaire met aussi en lumière un aspect totalement inconnu de Michael Hutchence, à savoir un accident (une agression dont il a été victime) qui va avoir des répercussions fondamentales sur le reste de sa vie. On comprend mieux les tourments intérieurs de cet homme profondément fragile et pourtant ô combien charismatique sur scène.

MYSTIFY_MH_85_DIS_creditStevePyke_GSTSur ce dernier point, on regrettera que Lowenstein ne laisse pas le temps au spectateur d’apprécier la présence magnétique de Hutchence et sa voix si particulière. On reste un peu sur notre faim, surtout que les choses commençaient pour le mieux avec un magnifique (mais trop court) extrait d’un live avec Never tear us apart. Le public semble subjugué par cette star qui a joué dans d’immenses stades, y compris à Wembley.

Il va sans dire que l’attrait de ce documentaire dépend forcément de l’affinité que l’on a avec le groupe INXS et son chanteur culte. C’est évidemment un must pour les fans. Mais c’est aussi une œuvre intéressante pour ceux cherchant à en savoir plus sur cet écorché vif. On ressort de ce visionnage d’images, de photos et vidéos personnelles avec le sentiment d’un homme talentueux cultivé, hédoniste ayant fini tristement sa vie. Bien loin de l’image de drogué que certains ont voulu lui coller à la peau. Lowenstein réhabilite à juste titre l’image d’un Mystify Michael Hutchence. Preuve que ce documentaire a fait mouche.

Critique parue à l'origine sur le site Ciné Dweller à l'adresse suivante :
https://cinedweller.com/movie/mystify-michael-hutchence-la-critique-du-film-et-le-test-dvd/