laplanetedes2Titre du film : La planète des singes : l'affrontement

Réalisateur : Matt Reeves

Année : 2014

Origine : Etats-Unis

Durée : 2h11

Avec : Andy Serkis (César), Jason Clarke (Malcolm), Gary Oldman (Dreyfus), Keri Russell (Ellie), etc.

FICHE IMDB

Synopsis : Dix ans après qu'un virus ait quasiment anéanti les humains de la Terre, les survivants s'en sortent tant bien que mal. De leur côté, les singes se révèlent de plus en plus puissants.

 

Après un excellent premier épisode sorti en 2011, la saga “new style” de La planète des singes est de retour. Le cinéaste Rupert Wyatt laisse sa place à Matt Reeves, remarqué avec le film fantastique Cloverfield. Cette suite tient-elle toutes ses promesses ou est-elle du niveau du ridicule film de Tim Burton sorti en 2001 ?

Avant de répondre à cette question, il convient de noter que les deux films sont assez différents. Le premier opus établissait les fondations de la nouvelle saga avec une approche très psychologique. Ce deuxième film La planète des singes : l'affrontement laisse entendre que le côté action sera plus important. Et c'est le cas.

laplanetedes5On redémarre là où l'on a laissé les différents protagonistes du côté de San Francisco. Sauf que l'on nous explique au générique du début que 10 ans ont passé et que la grippe simienne a quasiment anéanti l'humanité. Les survivants vivent dans des conditions difficiles alors que les singes se sont créés une véritable communauté dans la forêt. A la tête de ceux-ci, on retrouve le plus intelligent des singes, César. On suit ces primates dans leur quotidien, où ils paraissent très bien organisés. Ils ont même installé une véritable mini société avec des règles où le chef doit être respecté et où il est interdit pour un singe de tuer un autre singe. Ces mammifères font tout pour ne pas commettre les mêmes erreurs qui ont mené les hommes au bord du précipice.

Mais la nature des singes est-elle si différente des hommes ? Cet opus nous amène à cette intéressante réflexion. De chaque côté il y a des personnes bienveillantes mais aussi des êtres mauvais. L'une des forces du film, en plus de ses séquences d'action bien menées, est cette approche qui évite tout manichéisme qui verrait les gentils humains d'un côté et les méchants primates de l'autre côté. Ici, on a un groupe d'humains qui veut vraiment vivre en harmonie avec les singes et César qui est lui-même très sage. Il sait pertinemment qu'une guerre avec les humains risque de mener nombre des siens à la mort. A l'inverse, il y a des êtres qui souhaitent qu'il n'y ait pas de coexistence pacifique. Et le feu aux poudres ne viendra pas forcément de la part des humains.

Même si son scénario – qui rappelle au demeurant La bataille de la planète des singes (1973), mais est heureusement bien meilleur – est cousu de fil blanc, puisque l'on se doute pertinemment qu'il va y avoir à un moment donné un affrontement (sinon à quoi bon ce titre !), le réalisateur fait très bien patienter le spectateur avec un film au rythme alerte où il se passe toujours quelque chose. En dépit de sa relative longue durée (2h11), La planète des singes n'ennuie à aucun moment.

Il faut dire que les différents signaux sont au vert. Les singes sont vraiment bien rendus par un travail impressionnant au niveau des images de synthèse. Les primates font plus vrais que nature et notamment le fameux César qui est à nouveau joué par Andy Serkis. L'acteur est connu pour son rôle de Gollum dans Le seigneur des anneaux de Peter Jackson. Affublé d'une combinaison dite de performance capture, il livre une interprétation tout bonnement bluffante, faisant passer de sacrées émotions qui en font le personnage principal du film.

laplanetedes3Et une puis autre réussite du film tient au fait que l'on a le point de vue de tout le monde, les humains et les singes. Cette idée est très bonne et évite une nouvelle fois d'avoir d'un côté les gentils et de l'autre les méchants.

Quant à la mise en scène, elle est également réussie. Matt Reeves ne prouve pas avec cette oeuvre d'avoir signé un film personnel. Cela étant, sa mise en scène est très bien élaborée, avec de beaux mouvements de caméra et un rythme alerte constant. Les différentes scènes d'action, et notamment l'attaque des singes, est véritablement un grand moment de cinéma qui dépasse largement le statut de simple divertissement.

La planète des singes : l'affrontement cumule donc les bons points. Cependant, le film n'est pas un chef d'oeuvre car l'action fait qu'il manque un peu de fond à cette histoire. On aurait apprécié avoir une psychologie et une réflexion sur la société comme dans le premier opus. Mais bon, on ne peut pas tout avoir non plus.

Ce deuxième épisode est tout de même de très bonne facture. Le seul reproche que l'on peut vraiment lui faire est cette 3D qui paraît clairement factice. Elle n'a aucun intérêt, si ce n'est d'augmenter les rentrées d'argent de ce film. C'est bien dommage de vouloir systématiquement utiliser pour les grosses productions ce matériau qui est bien souvent inutile.

Mais bon, heureusement, les qualités nombreuses de ce long métrage suffisent à passer un bon moment et à le conseiller. On attend désormais avec une certaine impatience le troisième opus qui va certainement poindre à l'horizon, au vu de la fin de cet épisode.