unhommeideal0Titre du film : Un homme idéal

Réalisateur : Yann Gozlan

Année : 2015

Origine : France

Durée : 1h37

Avec : Pierre Niney (Mathieu), Ana Girardot (Alice Fursac), André Marcon (Alain Fursac), etc.

FICHE IMDB

Synopsis : Un jeune homme, qui n'arrive pas à percer dans le monde de la littérature, tombe par hasard sur un manuscrit qu'il reprend à son compte. C'est le début du succès mais aussi d'une vie faite de mensonges particulièrement dangereuse.

 

Yann Gozlan s'est fait remarquer en 2010 avec Captifs, un premier long métrage horrifique sur fond de trafics d'organes, avec dans les rôles principaux Zoé Félix et Arié Elmaleh (le frère de Gad).

En 2015, le cinéaste français amorce son grand retour avec sa nouvelle création, Un homme idéal. Le rôle principal est tenu par un acteur qui a le vent en poupe, Pierre Niney. Sauf qu'il ne s'agit pas d'une comédie, genre dans lequel il évolue habituellement. On est ici dans un thriller bien sombre. Et son personnage n'est pas vraiment un saint.

C'est Mathieu, un jeune homme travaillant occasionnellement dans une société de déménagement. Mais secrètement, il espère percer dans le monde de la littérature en étant publié. Sauf que malheureusement pour lui, son entreprise échoue, aucun éditeur ne voulant de son roman L'homme de dos.

unhommeideal3Et c'est alors qu'intervient sa chance. Lors du déménagement des affaires de Léon Vauban, un vieil homme venant de décéder, il tombe sur un manuscrit qui appartient à ce dernier. Il ramène chez lui cet écrit qu'il trouve prometteur. Sans scrupules, il se l'approprie. Ce plagiat n'est pas sans rappeler certains faits divers de notre actualité quotidienne. Toujours est-il que Mathieu est publié par les Editions du cercle. C'est le début d'un immense succès.

Evidemment, le film ne serait rien s'il n'y avait pas un peu de piquant dans cette histoire. L'action principale se situe 3 ans après son succès. Sauf que Mathieu n'a toujours pas de talent. Il parvient pas à rédiger la moindre ligne de son second roman. L'angoisse de la page blanche n'est pas sans rappeler un classique des frères Coen, Barton Fink.

Ici, Mathieu a eu une belle opportunité en découvrant son manuscrit. Mais tel Icare qui s'est brûlé les ailes, il n'a pas pu se satisfaire de son succès. Jusqu'où est-on prêt à aller pour réussir ? Tel semble être le leitmotiv d'Un homme idéal. Mathieu aurait très bien pu se retirer après ce coup de maître. Mais non, Mathieu apprécie sa nouvelle existence avec son train de vie somptuaire. Et c'est bien là le problème, Mathieu brûle de l'argent qu'il n'a pas. C'est son éditeur qui lui octroie une avance importante dans l'attente du second roman.

Il doit donc trouver des arguments pour repousser les demandes incessantes de son éditeur. Et il doit faire face à un maître chanteur qui se mêle à l'affaire.

Bref, tout va mal pour notre homme idéal qui va devoir déployer des montagnes d'ingéniosité pour s'en sortir. Le réalisateur Yann Gozlan a eu l'excellente idée de faire de son personnage principal un Monsieur tout le monde. Car Mathieu fait preuve d'une grande maladresse dans ce qu'il entreprend. Ce côté gauche – qui peut même parfois prêter à sourire tellement c'est gagesque – donne d'autant plus de crédibilité à ce personnage. Finalement, on se dit que ce qui lui arrive pourrait être fait par n'importe qui.

unhommeideal1Enfin, presque, car les mensonges et ses actes criminels sont loin d'être anodins. A force de refuser de cacher la vérité, Mathieu est lancé dans une descente aux enfers qui semble sans fond. Yann Gozlan distille un formidable suspense hitchcockien. Le scénario est en or massif, avec ces rebondissements multiples, qui empêchent de deviner comment tout cela va finir. On est à chaque fois en haleine, se demandant comment Mathieu va pouvoir s'en sortir. L'apprenti écrivain ne manque pas d'idées pour se sauver de situations qui paraissent désespérées. On ne s'étonnera pas dès lors que le nouveau roman de Mathieu s'appelle Faux-semblants. On sent le vécu.

Refusant toute facilité scénaristique ou tout happy end qui aurait été malvenu au regard du ton adopté par le film, le final laisse des regrets à son anti-héros.

Un homme idéal doit sa réussite à son scénario diabolique et à la mise en scène dynamique de son réalisateur. Mais il ne serait pas aussi intéressant sans l'interprétation convaincante de Pierre Niney, qui n'a jamais été aussi bon, nous faisant oublier les comédies cucul dans lesquels il a déjà joué. A ses côtés, on retrouve d'excellents seconds rôles, la belle Ana Girardot (découverte dans Simon Werner a disparu, 2009) et André Marcon.

Voilà donc un excellent thriller, sur un écrivain usurpateur qui a vendu son âme au diable, ou presque.